Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

série bizarre: M. Paillard

Paillard titre

Voilà un nom qui peut handicaper un homme discret et pudique, puisque le sens couramment accordé à ce mot évoque débauche et grossièretés, en général hypocritement absoutes sous couvert d’une tradition de ‘gauloiseries’…paillardes. Or, il n’est pas du tout question ici de luxure mais bien de travail ou d’habitation, ce qui fait quand même une différence, et pas que d’une paille!

Les Paillard sont en effet des gens qui ont rapport avec…de la paille justement, c’est à dire la fibre qui reste quand on a battu les céréales. Aux marches de la Bretagne ou en Normandie, le paillard est, pendant des siècles, le métier de celui qui travaille à la grange, pour assembler et stocker des ballots de blé ou d’orge, par exemple. Selon les régions, on l’appellera parfois le paillon ou le paillet, voire le pailhet ou le pailhous, version orthographe occitane.

Le dérivé le plus utile de ce produit sera d’ailleurs la paillasse, dont le premier sens est probablement, au XIIè siècle, l’endroit où l’on dépose, après la récolte, les meules ainsi constituées; puis, plus largement, le mot va désigner une maison au toit de chaume (et donc, éventuellement, le surnom de son locataire); enfin, dans le sud de la France, en mélangeant la paille à de la terre (glaise), on obtiendra le torchis, autre technique de construction qui servira à différents habitats…Le dernier avatar du mot sera le diminutif de ‘la petite paillasse’, c’est à dire le paillasson. Sauf qu’il ne s’agit pas encore du hérisson synthétique sur lequel vous avez écrit ‘Bienvenue’ devant votre porte, mais bien d’une sorte de matelas rempli de paille, qui sert donc à soulager votre colonne vertébrale quand vous vous allongez par terre.

Bon d’accord, c’est avec le confort tout relatif de ce paillasson-là que l’on créera au XVIIIè siècle le surnom de celui qui n’avait pas d’autre moyen pour dormir que de s’allonger sur des ballots de paille: un homme pauvre donc vulgaire, vulgaire donc paillard, paillard donc débauché (si, si, ça fonctionne comme ça, dans l’inconscient collectif: de la même façon, pendant des siècles, des gens ‘moches’ sont systématiquement gratifiés de ‘mauvais’, pour des raisons de symbolisme religieux, les ‘beaux’ étant des créatures de Dieu, les ‘vilains’, celles du diable. La chose semble incroyable, mais c’est ce qui est, d’un point de vue social, à l’origine du regard…mauvais des gens valides sur les handicapés, moteurs ou mentaux!).

Une fois de plus, le glissement entre le sens propre et le sens figuré a frappé! On ira même jusqu’à donner le nom de ‘paillasse’ à une prostituée de bas-étage, que sa laideur empêchait d’avoir beaucoup de clients, et qui se retrouvait souvent…sur la paille!

** De nombreuses questions sur un ‘Cahuzac’ d’actualité, déjà dans ces archives depuis 2012. Tapez son nom dans le champ de recherche en haut à droite de cette page; et voyez également au passage le sujet sur ‘les 3 Jérôme’…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>