Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

série bizarre: Mlle VIeille

Vieille titre

Ce n’est sûrement pas facile de s’appeler Vieille à vingt-cinq ans (parce que c’est faux), et encore moins à quatre-vingts ans (parce que c’est vrai). Or, ce patronyme existe bel et bien, surtout en Picardie et dans le Jura; non pas qu’il n’existe de femmes âgées que dans ces régions, mais tout simplement parce que cela correspond en fait à…l’habitat de la personne en question.

En 1960, le réalisateur Gilles Grangier avait embarqué trois stars du moment dans son film ‘Les vieux de la vieille’. Le titre est une allusion à l’expression pas toujours bien connue, et qui fait référence à l’une des Gardes Napoléoniennes, la ‘Vieille Garde’, pour laquelle un certain général Cambronne aura un (long) mot, à Waterloo: «La Garde meurt mais ne se rend pas» (*).

En fait, Jean Gabin, Pierre Fresnay et Noël-Noël illustraient parfaitement notre patronyme, car ils venaient de…la campagne. Cette  »vieille »-là n’a en effet pas de rides, puisqu’il s’agit d’une évolution du mot latin ‘villa’, dont on sait qu’il n’a jamais concerné un type de résidence secondaire, où qu’elle soit, mais un domaine rural.

Partant du sens latin, ‘villa’ va désigner successivement un grand domaine, puis un hameau (à l’origine, une maison de maitre et toutes ses dépendances), puis un villa…ge. Voilà pourquoi, en vieux-français, le ‘villain’ est un paysan, un homme de la terre, rapidement dégradé en ‘vilain’ par les beaux-esprits parisiens, d’où l’équivoque. Or, il y eut sans doute de très beaux villains!

Le terme existe encore en tant que toponyme, comme dans la commune de Vieilley, au nord de Besançon. Plusieurs autres sites lui doivent aussi leur nom. Vielle-St-Girons (oui, sans le i) , Vielle-Soubiran et Vielle-Tursan (dans les Landes) ou Vieille-Aure (dans les Htes-Pyrénées) ont en effet comme première orthographe le gascon ‘vielà’, la ville. Des villes peut-être habitées par des Vieillard, autre variante sur cette même racine qui évoque cette fois, avec un diminutif péjoratif (-ard), de ‘mauvais paysans’.

Conclusion: on peut donc trouver en France des jeunes Vieillard ou des Vieille de tous âges, sans doute ennuyés à une époque de leur vie par ce nom très…daté, autant sans doute que quelques Lejeune vieillissants! En tous cas étymologiquement.

(*) Phrase dénoncée plus tard par le général lui-même ( »puisque je ne suis pas mort et que je me suis rendu », avoua-t-il) tout comme le fameux mot de cinq lettres, il semble que ce soit le titre d’un article concocté par un journaliste après la bataille. Impossible à extraire de la légende…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>