Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

série bizarre: Mme Cercueil

série bizarre Cercueil

Pour enterrer l’année 2015 et alimenter (peut-être) le diner en ville, voici un patronyme illustré par le cliché (au sens propre) le plus sensationnel d’un magazine des années 50, à une époque où une rubrique spécialisée proposait de publier les photos les plus surprenantes de ses lecteurs; un vieux document sépia, datant probablement de la première Guerre Mondiale, affichait fièrement la devanture d’une entreprise normande avec pour mention: «Mme Veuve Cercueil, Entreprise de Pompes Funèbres». Tout comme les Boucher charcutiers, ou les Letiff coiffeurs, la coïncidence prête toujours à sourire…Or, pour une fois, elle est même inévitable.

Ce nom curieux se trouve en effet assez fréquemment du Calvados à la Seine-Maritime, mais également dans l’Orne, la Sarthe, et jusqu’en Moselle. Coup du sort: il a bien un rapport avec le nom commun du tombeau, lequel s’appela d’abord ‘sarkophagus’(*), en grec puis en latin. Si l’on prend les choses à la racine, le terme est formé de deux éléments: ‘sarko’ (..je vous interdis…) qui évoque la chair humaine + ‘ phage’ qui signifie manger en grec.

Tout ça parce qu’il paraît que les premiers tombeaux étaient faits non pas en chêne à poignées dorées mais avec des dalles de pierre, plus précisément d’un calcaire qui accélérait la putréfaction des cadavres…Or, à la fin du Moyen-Age, le mot s’est déjà abrégé et transformé en ‘sarcueil’, puis, en fonction d’une règle de linguistique qui veut que le ‘a’ et le ‘e’ soit interchangeables devant un ‘r’, nous voici donc avec un ‘sercueil’, et enfin avec notre cercueil contemporain; et l’affaire est dans la boite.

La vraie question est alors de savoir ce qui a bien pu pousser nos ancêtres à donner un tel surnom à l’un(e) de ses contemporain(e)s! Il est probable que la réponse soit dans un phénomène de métonymie, figure de linguistique (intellectuelle) qui désigne une partie pour un tout: en l’occurrence, on ne considère pas un tombeau précis ni unique, mais la globalité d’un endroit où se trouvaient des cercueils, ce qui fait de notre brave dame Cercueil la gardienne, ou même tout simplement la voisine d’un cimetière. On a bien inventé des Léglise pour les riverains d’un clocher, et des Lemaire qui habitaient près de l’Hôtel de Ville; alors…

Signalons au passage qu’un cimetière justement, cela vient du grec ‘koimétérion’, qu’on peut à peu près traduire par ‘maison commune’ (sous-entendu: pour les ‘allongés’), ce qui désignait à Athènes un…dortoir évidemment. On imagine assez aisément le glissement de sens en français, le dortoir en question étant bien plus calme à surveiller que celui des futures colonies de vacances.

Quant au cercueil lui-même, à part être la tête de gondole des rayons des pompes funèbres, il peut très bien avoir d’autres significations plus professionnelles: en pâtisserie, c’est l’un des objets-fétiche des artisans, puisqu’il représente pour eux une longue panière en osier qui pouvait contenir une mesure de trois mille oeufs (un véritable cimetière à poussins, sans doute)…Dans un autre domaine, si un militaire de la Garde Républicaine vous dit qu’il cherche son cercueil, aidez-le sans scrupule car il s’agit tout simplement du boitier de son instrument de musique! Mme Cercueil a décidément beaucoup de monde dans son placard; au moins étymologiquement!

(*) Oui, sarcophage, même si tombe, tombeau, cercueil et sarcophage ne sont pas tout à fait synonymes…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>