Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

série bizarre n° 43: M.Pitre

Pitre titre

Sauf pour qualifier Donald Trump (copieusement, selon les medias américains, retraduits en français), ce n’est pas le nom le plus marrant à porter, surtout si vos parents vous ont prénommé Sacha, mais on vous demandera sûrement si vous le faites encore de temps en temps. Inévitable. Sans compter que des Pitre, il y en a de deux sortes, dont l’une a subi un retournement à vous rester sur l’estomac, littéralement.

La majorité des Pitre tient en effet ce surnom d’un mot du XVIè siècle, qui est ‘pestre’, et que l’on retrouve encore aujourd’hui en occitan sous cette forme précise de ‘pitre’. La chose désigne la poitrine, ou, pour éviter une confusion vaguement sonore avec les pectoraux, la partie basse du thorax, autant dire l’estomac. A cette époque, un ‘pestre’ ou un ‘pistre’, c’est un homme à l’estomac dilaté, et, comme toute image de bon vivant, on le considère plutôt comme un chanceux, bref, c’est un brave homme, bien loin du sens actuel donc.

Le mot va se tenir tranquille pendant presque trois siècles, et celui qui va venir faire le pitre dans l’histoire, c’est un certain Alphonse Daudet qui, dans un roman paru en 1879 («les Rois en Exil»), utilise pour la première fois le terme de ‘pitrerie’ au sujet du comportement d’un personnage. Etait-ce parce qu’il avait ‘la poitrine en avant’ (un peu comme Aldo Maccione déambulant sur le bord de la plage), ce qui accréditerait l’idée de ridicule? Ou était-ce par collision et confusion (volontaire) avec le mot…piètre, c’est à dire quelqu’un sans valeur? En effet, au Moyen-Age, le ‘piètre’, contraction de ‘pédestre’, désignait celui qui n’est pas sur le cheval, autrement dit le piéton (même racine!), c’est-à-dire celui qui est moins important que le chevalier puisqu’étymologiquement il va ‘à pied’. Un pauvre, quoi.

En tout cas, les autres Pitre connus n’apprécieront pas d’être pris pour des rigolos, puisqu’ils se lèvent tôt le matin pour aller ‘pistre’ ou ‘pestre’, comme on disait en ancien-français. Vous l’avez sans doute compris: ce sont des pétrisseurs de pâte, donc des boulangers. Dans le même pétrin que les quelques centaines de familles françaises qui portent ce nom, il faut rajouter une pincée de Pitras, de Pitrat et enfin de Pitron, dont le nom ressemble à un ultime télescopage entre patron et mitron. Pourtant, à l’heure de l’ouverture du magasin, ni l’un ni l’autre n’ont le temps de faire les pitres!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>