Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Touquet (le)

Touquet (Le)

«Il en faut peu pour être heureux», surtout pour certains touristes de la Côte d’Opale dont la ‘perle’ et néanmoins commune de résidence -secondaire- du couple présidentiel français est en train de devenir (en français) l’endroit où il faut être, activant ainsi un marché local à base d’objets-souvenirs divers et de selfies béats enregistrés devant les volets clos de la villa désormais la plus surveillée de la région. Certes, la jeune (1912, seulement) cité picarde n’avait pas besoin d’argument touristique supplémentaire pour sa notoriété, mais voilà qui dessine un véritable virage, y compris étymologiquement…

En effet, l’origine la plus fréquemment annoncée est celle d’une racine typiquement picarde, issue d’un des parlers (pour ne pas dire langue) les plus importants de notre pays. Sans entrer dans trop de définitions techniques entre parler, patois et dialecte, disons que le picard a été l’une des langues d’oïl les plus…parlées pendant plusieurs siècles dans le Nord (autour de l’an mil), à côté du normand, du flamand ou du wallon, et sous le nom de…ch’ti(mi) dans les Hauts-de-France actuels.

La racine en question est un terme passé quelque temps en ancien-français, le ‘touc’ (touk, en fait), qui évoque un tournant, sur la foi de la situation géographique d’une commune dont les premières maisons ont été construites dans une boucle de la Canche (tracé de la D939, qui traverse encore la ville actuelle), le long d’un estuaire, lui, particulièrement rectiligne…Chacun cherchant son sens, on trouve aussi quelques hypothèses prosaïques mentionnant qu’en arrivant dans la pointe de terre où se niche la cité, il fallait bien…tourner pour éviter la mer et s’en revenir vers le sud, direction Paris sans doute qui y trouvera un jour, grâce à un agent immobilier puis au directeur du ‘Figaro’, le surnom de Paris-Plage (240 bornes quand même, avant de mettre les pieds dans l’eau, faut avoir envie -et le temps!).

Une autre étymologie, sérieuse, ferait remonter ce ‘touquet’ à un très possible diminutif (la terminaison -et) de ‘touch’, attesté sous la forme ‘tochia ou tuschia’ au 13ème siècle, issu d’un mot de latin ‘vulgaire’ désignant un bosquet ou une éclaircie de bois, topographie logique du lieu avant la mise en route des-dits programmes immobiliers qui deviendront rapidement le refuge estival d’une partie de la ‘jet-set’ parisienne, ou plutôt de la ‘rail-set’ grâce à la construction d’une ligne de chemin de fer jusqu’à la proche gare d’Etaples, donnant ainsi naissance à  »l’Arcachon du Nord », sur le modèle de développement de la cité balnéaire girondine.

Signalons qu’avant le début du 20ème siècle et son émancipation administrative, le Touquet était réuni avec une commune antérieure du nom de Cucq, dont le succès eût été peut-être moins flagrant auprès des parigots mais dont vous connaissez sans doute la version et le sens -similaire- en langue d’oc. Sinon, tapez Montcuq pour retrouver la chronique qui vous le montrera. Etymologiquement bien sûr!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>