Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Travert (Stéphane)

Travert

C’est donc le nouveau Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation mais, semble-t-il, pas celle des abeilles, qui souffrent (et meurent) de la présence de pesticides ‘indispensables’ et très lucratifs pour certains industriels. Petit problème: quand on a ‘en face’ Nicolas Hulot ministre d’Etat chargé de la Transition Ecologique, cela va être difficile de ne pas se regarder de…travers. Jeu de mots facile? Pas vraiment, même étymologiquement.

En effet, ce patronyme, plutôt répandu en zone de langue d’oïl (au-dessus de la vallée de la Loire, très schématiquement) est bien l’équivalent de son jumeau de langue d’oc, Travers. L’un et l’autre sont directement issus d’un mot latin qui évoque à l’origine une idée de lien ou de relation entre deux objets, et pas du tout encore une histoire qui part ‘en biais’. Exemple: une traverse, que ce soit de chemin de fer ou comme poutre dans un toit, sert à consolider efficacement et doit être absolument d’équerre pour avoir le maximum de force.

En foi de quoi, jusqu’au 19ème siècle, un ‘chemin de traverse’, c’est avant tout une voie de liaison entre deux axes plus importants, d’où le sens du ‘travert’, le surnom de l’homme qui habite une maison (tout à fait droite elle aussi) simplement construite sur le passage qui permet de rejoindre une route depuis une autre…Et justement, question passage, on a connu dans l’Histoire des Traversier formés sur la même racine, des gens dont le suffixe -ier montre qu’il s’agit d’un métier, celui du percepteur chargé de collecter la traverse, le droit de passage (en général d’un pont, mais pas que, cela pouvait être une frontière ou un changement de région et donc de régime de taxes).

Or, le terrible 19ème siècle avec son romantisme social va en partie dénaturer l’orientation du mot, pour en faire un sens figuré qui aura bien du succès pour qualifier des choses ou des gens ‘pas droits’, en biais et de travers, pour bien répéter les choses. C’est tout à fait la connotation que lui donnera la langue italienne dans la  »Traviata » de Verdi (en français: la…Dame aux camélias, d’Alexandre Dumas, vous sentez la différence?), une femme qui vit ‘en travers’ de la bonne société et qui, d’une certaine façon, sera punie pour ça. Pas en peine d’imagination l’Italie: on lui doit aussi un nom de famille qui aura beaucoup de succès à l’émigration américaine, et qui qualifie les défauts physiques d’un homme pas droit donc tordu ou courbé, le…Travolta!

Quant aux fameux ‘chemins de traverse’ période Francis Cabrel, ceux que l’on prend / quand la nuit est tombée / sur la voie ferrée / (ils sont) bien loin de la ville, donc forcément loin des conventions et des règles de la société, et pas toujours très rectilignes ce qui laisse définitivement libre cours à la liberté de chacun.

Un qui n’a jamais varié, et pour cause, c’est le morceau de viande qui fait le lien entre deux côtes (de porc) dites ‘levées’ chez nos amis québécois, ‘petites’ chez nos voisins belges, ou ‘ribs’ chez les Yankees, que l’on va appeler…travers en français. Pas sûr que Stéphane et Nicolas partagent pour autant une grillade pour parler d’environnement!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>