‘Euro 2012′ oblige, dépêchons-nous de dire quelques mots sur les toponymes des pays fréquentés par nos footballeurs (au cas où…). Les deux hôtes de la compétition sont donc l’Ukraine et la Pologne, beaucoup plus familiers à l’oreille occidentale que l’eurovisionnesque Azerbaïdjan. Il n’empêche, la terre des Ukrainiens et celle des Polonais ont, elles aussi, des raisons précises de porter leur nom. Et, en dehors de devoir s’endetter pendant des décennies pour construire des infrastructures sportives, ces deux pays ont un point commun: l’un et l’autre ont un rapport avec la topographie du sol…

Commençons par l’Ukraine, capitale Kiev (et non pas Donetsk, comme vont finir par le croire un certain nombre de téléphages buveurs de bière), que la majorité des nations prononcent ‘Oukraine’, voire ‘Oukraïna’, ce qui nous rapproche immédiatement de l’étymologie. En effet, dans ‘oukraina’, il y a une voyelle-suffixe (le ‘a’), et, en quelque sorte, une voyelle-préfixe (le ‘u’, ou ‘ou’). Nous reste donc le strict milieu du mot, ‘kraï’, racine slave (what else!) qui évoque une coupure, une découpe, au sens propre; puis, au sens figuré, une ligne ou une marque; pas question ici de pointillé sur du papier, mais bien d’une limite ou d’une frontière ‘sur le terrain’, ce qui fait que le mot a rapidement pris le sens géographique de ‘bordure’, puis ‘extrémité d’un pays’. L’Ukraine serait donc ‘le pays délimité’, ou ‘le pays des frontières’; au vu du voisinage, coincé entre Biélorussie, Pologne, Roumanie, Hongrie et Slovaquie, sans parler de la Mer Noire, on comprend sans peine qu’il y a parfois de quoi se sentir (historiquement) claustrophobe.

Quant à la Pologne, elle doit son nom à la tribu des Polanes (rien à voir avec le boulanger parisien), surnom lui-même issu du slave puis du polonais ‘pole’, dont le premier sens désigne un pré, puis, de façon générale, une surface ouverte. De pré, on passe donc au sens de terrain, puis à celui de ‘pays’ tel qu’on l’entendait en ancien-français, à savoir non pas une nation mais une région, parfois simplement une vallée (où chacun avait sa payse)…Sauf qu’ici, ‘pol’ évoque strictement un terrain plat, une plaine; la Pologne, c’est donc, pour résumer, le ‘pays des plaines’. La syllabe originelle va d’ailleurs rester dans les langues ‘étrangères’, puisqu’on dira Pol-onie puis Pol-ogne en français, ou encore Pol-(l)and en anglais, etc.
Pour terminer, petit clin d’oeil en forme d’essai de ‘traduction étymologique’ en français: oublions les termes d’Ukraine et de Pologne, et remontons à chaque racine de ces noms…

L’idée de ‘coupure ‘ou ‘découpe’ que l’on trouve dans le slave ‘kraï’ pour Ukraine, se retrouve(rait) dans une très ancienne racine…basque, ‘aruka”, puis dans le gascon ‘arcaisso’, à l’origine du nom de la ville d’Arcachon (explication: la baie éponyme représente une ‘entaille’ dans la côte atlantique!). Quant au sens de ‘plaine’, ou ‘terrain plat’ que l’on trouve dans le ‘pol’ de Pologne, on imagine sans peine pouvoir trouver l’équivalent dans ‘le Plat Pays’, si l’expression n’était déjà prise.