Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

You, le phoque

You

Pour une fois, voici une chronique non-étymologique mais passionnante d’un point de vue linguistique et médiatique. Vous avez peut-être entendu parler de cette histoire de phoque trop intéressé par les humains et qui est venu, depuis des mois, sauter sur la planche des surfeurs du bassin d’Arcachon (entre autres) et jouer de ses yeux noirs avec les promeneurs de la côte atlantique; l’ex-brave mammifère affectueux s’appelle You.

La chose est incroyable mais, à part quelques touristes britanniques encore traumatisés d’avoir manqué s’étouffer, très peu de gens ont réagi aux gros titres naïfs de la presse (écrite, vous pensez bien qu’en audio-visuel, c’est encore plus difficile) au sujet de ce  »phoque You », nommé en toute logique de syntaxe comme on dit ‘le chien Médor’ ou ‘le lion Cécil’ (récemment abattu au Zimbabwe). Un (sur)nom qu’on ne peut pas ne pas comprendre comme…’fuck you’ (dois-je traduire?), ce qui vous laisse une plage d’interprétation d’un tout autre niveau. Car c’est bien ainsi, avant que quelque rédacteur (en chef ou pas) s’en émeuve publiquement, que la presse a rapporté pendant des semaines les aventures balnéaires du col de fourrure préféré de Brigitte (Bardot). Un ‘phoque You’ par-ci, un ‘phoque You’ par-là, plus quelques clins d’oeil de la part d’internautes plus réactifs (intelligents), dans un style très flaubertien à double sens  »You, c’est moi » (comme Madame Bovary?)…

Bref, la joyeuse incongruité phonétique de ce ‘prénom’ a baigné à longueur de colonnes dans les eaux taries (si j’ose dire) des pages de journaux et sur leurs sites internet en toute innocence; d’ailleurs, ne l’a-t-on pas (enfin) précisé récemment: ce sont bien des surfeurs facétieux (et non pas la préfecture, par exemple) qui ont ainsi surnommé la bestiole vite adoptée par les touristes (et moins par quelques voisins, jaloux?), devenue soudain potentiellement…agressive et contaminante.  »Hey, what did you expect? » (1)

Soit. Mais avant qu’on ait pu lever le petit doigt (ou le majeur, c’est selon), un second animal, sans doute contaminé par les tendances humanophiles de son congénère, a montré le bout de ses moustaches lustrées dans la même région. Croyez-vous que l’événement allait inciter à davantage de ‘prudence’, à tout le moins de réflexion? Pas du tout: le phoque numéro 2 a immédiatement été baptisé ‘Off’, ce qui nous met la traduction à une distance à peine plus correcte avec un possible ‘va te faire voir ailleurs’, ou plutôt un ‘dégage’ prémonitoire puisque les trouble-vagues ont été capturés et sont allés se faire…désintoxiquer dans un laboratoire marin breton (vous pensez bien que quelques centaines de kilomètres, ça va les perturber, une fois remis à la mer).

Dès lors, petit problème d’édition journalistique: si l’on peut aisément contourner la ‘difficulté’ en inversant les termes pour éviter ce ‘phoque You’ à peine racontable dans un diner en ville, la chose est moins facile avec le ‘phoque Off’ qui ne peut pas devenir un ‘Off phoque’ définitivement imprononçable . Et incompréhensible. Remarquez, je vous jure que j’ai entendu une personne très bien-pensante (et cultivée) assurer que c’était en hommage au compositeur des ‘Carmina Burana’, Carl…Orff (!). Dans quelle logique le politiquement correct ne va-t-il pas plonger?

Or, à la grande surprise des spécialistes de la chose phocale (pardon, phocidée), une pétition mondiale a rapidement été lancée pour qu’on arrête de mettre à l’index (ou autre) ce ‘phoque You’ et qu’on le laisser réintégrer le territoire des hommes si l’envie lui en prenait (2). Mais on frémit à l’idée qu’un troisième veau marin en rupture de colonie vienne un jour rejoindre ses frères pour former un démoniaque trio de graisse flottante, un larron que nos amateurs de glisse océanique ne manqueront pas d’appeler ‘my wife’, en hommage sans doute à la célèbre tirade de Robert de Niro dans ‘Raging Bull’ (3)…C’est sûr, d’un point de vue linguistique, cela aurait quand même été moins compliqué avec des dos fins!

(1) Vous vous attendiez à quoi?
(2) Logiquement, de nombreuses signatures viennent de pays très amarinés, tels la Suisse et…l’Ethiopie!
(3)  »(you) fuck my wife? » ne vient pas de l’autre film de Scorcese ‘Taxi Driver’, comme on le confond souvent avec »Are you talking to me?’.

***Ajout du 02/12/2015, paru dans la presse anglaise!
« …Quoi qu’il en soit, la communauté de passionnés du mot à quatre lettres a désormais une certitude, non, il ne dérive pas du privilège accordé par le roi aux couples désirant procréer. Selon un vieille légende, lorsque les relations sexuelles étaient interdites dans l’Angleterre du XVe siècle, les couples qui voulaient avoir un enfant devaient en faire la demande et afficher le texte les y autorisant sur leur porte. « Fornication under consentment of the King » (fornication avec le consentement du roi) aurait-on pu y lire. Mais comme c’est un peu long, les quatre lettres aurait fait l’affaire. Hypothèse qui n’a pas résisté aux assauts des étymologistes tout en continuant de charmer la croyance populaire… »


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

4 commentaires au sujet de You, le phoque

  1. Bonjour,
    Ne pas confondre phoque et foc. Tous deux sont sur la mer, et on prête au second des mœurs particulières, car il prend le vent arrière. Certains confondent les 2 pour ce qui est de ces mœurs prétendues.
    Peut-être y a-t-il un peu de malice supplémentaire dans le nom donné à ce gentil animal, en allusion la voile (pas la vapeur non).
    Cordialement
    E.

  2. Vaste sujet! Le jeu de mots (transparent) n’en est que plus évident; à part qu’un marin surnomme un jour ainsi l’une de ses voiles, ce qui me semble peu probable. Cela étant, précision pour précision, de nombreuses personnes attribuent l’homophonie phoque/fuck aux mouvements disons…du bassin de l’animal sur la terre ferme. Plus sérieusement, il semble que l’étymologie (incertaine, par ailleurs) du mot anglais soit due à une onomatopée dont je vous laisse deviner la sonorité…

  3. votre dernier chronique sur le phoque, un petit bijou d’humour. gustave, nice

  4. Bonjour,
    Il me semble que le mot en question était plutôt qu’une onomatopée un acronyme.
    Me trompe-je ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>