Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

tennis

C’est l’été, et avec lui le retour des championnats de tennis qui, comme chaque année, monopoliseront les écrans de télévision, après le football et avant le vélo (vivement la rentrée). Bonne occasion pour monter au filet et aller voir l’étymologie de quelques lieux, célèbres pour accueillir les petites balles jaunes. A part l’aviateur Roland Garros (cf. la chronique de juin 2011) et un étudiant américain du nom de Davis qui avait la fâcheuse habitude de prendre les saladiers pour des coupes, les tournois ‘du circuit’ portent plutôt des noms de lieux, en Angleterre comme aux USA, dont les fameux Wimbledon (en cours) et Flushing Meadows (en septembre). Essayons donc de retrouver le sens de ces toponymes…

morane-saulnier-l-garros

Le nom que je vous propose aujourd’hui n’a rien à voir avec le tennis, et pourtant il s’agit de Garros, et, contrairement à ce que supposent beaucoup de joueurs de salon, Roland Garros n’était pas un as de la raquette, mais du manche à balai.

Llodra

Je sais bien que Michaël est né à Paris (en 1980), qu’il a commencé sa carrière de tennisman dans des tournois des pays de l’Est, et qu’il est le rejeton d’un ex-footballeur du PSG, il n’empêche que la famille Llodra vient de Catalogne, un nom donc on ne peut plus du « Grand Sud », qui est vraiment un exemple rêvé, question étymologie. En effet, première constatation, le nom s’écrit avec deux « L » au début, ce qui est une marque très caractéristique de la graphie (l’écriture) catalane. D’ailleurs, spontanément, on prononce le mot comme il convient, en rajoutant un « i » phonétique pour bien faire sonner les deux « L », en disant « Liodra ». Alors, parlons tout de suite des racines de Llodra,