Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

…les plus objectives et les plus crédibles possible pour réussir à appâter (et peut-être harponner) les sceptiques de l’injection. Comme pour un certain nombre d’autres domaines (Sécurité routière, Moto, Environnement ou…Météo), on a donc nommé un ‘Monsieur Vaccin’ dont la mission sera de donner le virus de la bonne médecine aux citoyens, en mettant au bout des lignes le calendrier des opérations.

Comme vous vous en doutez probablement à la simple lecture de son patronyme, l’homme porte le nom d’un métier, à l’origine le surnom (le plus souvent alsacien) de quelqu’un qui est concerné par le ‘fisch’ (version germanique) ou le ‘fish’ (version anglo-saxonne), soit le poisson bien sûr. Et si notre mot est si différent, c’est que les irréductibles Gaulois ont opté, comme souvent, pour la racine latine qui est ‘piscis’, transformé successivement en ‘piscion’ puis ‘pescion’ (10ème siècle) et enfin poisson.

Pas de surprise donc, un ‘fisch-er’ est donc un ‘poisson-eur’, en français un pêcheur, lequel n’a rien à voir -en tous cas étymologiquement- avec un pécheur, dérivé lui d’un ‘peccatum’ latin (la faute, le péché) qui donnera aussi pécheresse ou…pécresse (*). Preuve de cette différence: la présence ordinaire de l’accent circonflexe sur ‘pêcheur’ pour témoigner de l’ancien ’s’ de ‘piscis’. Mais revenons à nos poissons…

L’importance alimentaire des habitants des fleuves ou des rivières a donné un véritable vivier de mots dérivés, parfois strictement locaux au début, donc empruntés aux racines germaniques, comme Fischermann ou Fischler (l’homme du pêcheur, soit le plus souvent un assistant ou le fournisseur de matériel); on trouve aussi des Fischbach (bach: le ruisseau, d’où l’idée d’un cours d’eau poissonneux voisin), des Fischesser (essen: manger, un gros mangeur de poisson), des Fischhändler (celui qui tient son poisson à la main, le poissonnier à son étal), ou encore des Fischmeister  (le ‘maitre des poissons’ c’est-à-dire le garde-pêche). 

Le plus caché parce symbolique est un Fischer ou Fischermann créé comme nom de baptême biblique en référence au dessin de poisson que traçaient sur le sol les premiers chrétiens pour se reconnaitre, au risque parfois de se faire…arêter. En tous cas, la syllabe originelle va frayer dans toute l’Europe du Nord à peu près sous la même forme, y compris dans des patois flamands qui donneront ‘fisch’ puis ‘visch’, vish’ et enfin ‘vis’ en néerlandais avec une consonne un peu moins ‘sifflante’.

Un mot encore sur notre poisson français, qui donnera de la même façon des Poissonnier, Poissonneau ou Poisson tout court, attribués en général à des ouvriers de l’écaille, sauf en ce qui concerne le destin royal d’une certaine Jeanne-Antoinette Poisson devenue Marquise de Pompadour…Rien d’étonnant d’ailleurs que le mot latin ‘piscis’ ait un rapport avec la pêche puisqu’à Rome un mot désignait justement un vivier, un bac d’élevage à poissons qui s’appelait évidemment ‘piscina’, la future piscine de nos bassins municipaux où l’on peut parfois croiser quelques sardines ou baleines.

Mais vous pensez sûrement que tous les Fischer ne sont pas amateurs de truite mais de houblon fermenté, tout ça à cause de (ou grâce à) un brasseur alsacien (logique) qui fit de Strasbourg la ‘capitale de la bière’ dans les années 1830, installant définitivement un emblématique et glouton petit bonhomme costumé à califourchon sur un tonneau. Lequel va forcément devenir, après un demi-siècle d’occupation allemande dans la région, un très français ‘(bière du) Pêcheur’ à la victoire de 1918, d’où l’existence simultanée des deux marques à une certaine époque. Y compris donc étymologiquement!

(*) Voir l’article sur la femme politique prénommée Valérie en tapant son nom dans le champ de recherche en haut à droite de cette page.

…que des médias à la nécrologie aujourd’hui dithyrambique ont souvent oublié d’inviter, peut-être à cause de son répertoire sinon difficile du moins à contre-courant de son époque; ou de son caractère sinon difficile du moins affirmé; ou de son (vrai) nom sinon difficile du moins peu adéquat pour faire carrière dans le show business.

Elle s’appelait en effet Marie-Thérèse Beugras, un état-civil qu’on imagine mal sur une pochette de disque, y compris avec un prénom plus attendu pour être reine de France ou impératrice de Hongrie que ‘vedette à l’Olympia’. Le premier et usuel prénom Anne faisant bien mieux l’affaire, restait à oublier ce patronyme dont la sonorité involontairement trainante (la succession des sons ‘euh-ah’) ramenait immanquablement à une expression de foire agricole ou de marché aux bestiaux, les ‘boeufs gras’.

Or, règle fréquente et impitoyable de l’étymologie, c’est souvent le son le plus proche qui explique la formation du mot, et c’est bien le cas ici: avec une orthographe typique de la banlieue lyonnaise (ça tombe bien, la famille est originaire de la région), ce ‘beugras’ exprime le pluriel de ‘boeuf gras’ dont on ne fait plus sonner le ‘f’ final au pluriel.

Un peu plus au nord de Tassin-la-Demi-Lune (lieu de naissance d’Anne, ça non plus ne s’invente pas), on trouve également l’écriture Boeufgras, plus du tout équivoque du coup pour désigner un éleveur ou un marchand de la bête en question; symbole de fête depuis des siècles, et de retour à la bonne chère (après le Carême, par exemple), l’animal a toujours fait l’objet d’une vénération particulière lors de carnavals ou défilés, surtout de la part des bouchers.

Mais comme le nombre de propriétaires bovins ne suffisait pas sans doute à justifier la fréquence du patronyme, on a pu utiliser ce qualificatif comme surnom plus ou moins ironique en transférant le virus linguistique de l’animal à l’homme (opération souvent toxique), histoire de se moquer de quelqu’un de particulièrement gras…Dès la cour d’école, il n’est pas rare que des enfants aient subi des ‘Gras-double’ ou au minimum des ‘Gros-Jean’ que certains vont garder pendant des générations. Sans parler des agressifs ‘grosse vache’, en général réservés aux filles…

Ceux qui s’en tirent le mieux dans l’histoire sont les Boeuf (ou Beuf) tout court, le son étant perçu cette fois comme synonyme de force (‘fort comme…’), ce qui permet de soulager (ou d’éviter?) le(s) Turc(s) en l’occurrence. Mieux encore: depuis quelques décennies, le rêve de certains amateurs de balle au pied serait de reprendre le nom de Leboeuf sur les terrains de sport…

Rien de gras en tous cas dans les compositions savoureuses d’Anne, dont les biographes s’interrogent toujours sur les raisons précises du choix du pseudonyme Sylvestre, l’hypothèse la plus probable étant celle du dernier jour (festif) de l’année (*). Le seul empêchement eût été qu’elle s’appelle Sylvie, origine identique qui signifie la forêt, en latin. En tous cas, un nom d’état-civil qui aurait dû lui éviter toute période de…vache maigre. Y compris étymologiquement!

(*) voir son histoire en détail en tapant (St) Sylvestre (2011!).

…en pire ! » C’est la phrase qui résume l’aventure du skipper de PRB lors du Vendée Globe, après le naufrage de son bateau au (très) large du Cap de Bonne Espérance, en Afrique du Sud. Heureusement secouru par Jean le Cam (1), le grand Kevin (2) n’a pas pu faire grand-chose pour intervenir, en tous cas étymologiquement, car son patronyme, pas spécifiquement breton malgré un ‘nid’ d’Escoffier sur les mers (père, frère, soeur, etc), aurait à peine pu l’aider à recoudre quelques lanières… 

Un escoffier est en effet un métier qui remonte aux premiers siècles de notre ère. Toutes les variantes en circulation de nos jours (Escofié, Escouffier, Escouffet, ou Ecoffé, Ecoffey ou Ecouffey après élision du ’s’ passé en accent aigu sur le ‘e’) viennent en effet d’un ancien ‘escohier’ médiéval qui désignait un travailleur du cuir.

Le mot se compose donc d’une voyelle-préfixe (é-) suivie d’une racine d’origine…germanique (‘skoh’) terminée par une forme contractée du verbe faire (-fier’). D’où l’importance de préciser que l’activité du bonhomme a pu varier selon les siècles: les premiers escoffiers ont sans doute été des ‘faiseurs de…chaussures’ puisque tel est le sens exact de la syllabe nordique, ce qui tendrait à prouver que les sandales germaines ont précédé les souliers des artisans de Cordoue (Espagne), futurs ‘courdouaniers’ puis cordonniers (3). 

Ce qu’il faut retenir de l’évolution du mot est sans doute une métonymie, une figure qui permet ici de désigner ‘la partie pour le tout’, soit l’ouvrier pour la matière qu’il travaille; du coup, le terme a également pu s’appliquer à des producteurs ou à des fournisseurs de cuir, c’est-à-dire des tanneurs ou des ‘pelletiers’, des acheteurs de peaux (pel-). On est donc un stade ou deux avant la fabrication de la chaussure elle-même.

Mais, à part la famille malouine fanatique des coques multiples, il y a un autre célèbre Escoffier qu’il faut mentionner, davantage adepte lui, des coques de sable ou de l’oeuf coque, c’est un certain Auguste monégasque (1846-1935) surnommé ‘le roi des cuisines et le cuisinier des rois’ et considéré comme le créateur des ‘brigades’ modernes en codifiant l’ambiance autour des fourneaux (et, accessoirement, la vie des cuistots). Celui-ci était par ailleurs fils d’un forgeron (ou d’un maréchal-ferrant) qui a bien dû un jour travailler sur les fers de chevaux équipés de ‘chaussures’! Au moins étymologiquement…

(1) Voir son article en archive. Et plusieurs autres navigateurs… 

(2) Ca passait mieux quand il était petit, non? 

(3) Voir l’article sur…le Corbusier.