Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

…c’est un peu la situation étymologique dans laquelle se trouve la Secrétaire d’État auprès de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux (ouf). Cette (ex)gynécologue est visée par trois plaintes de patientes au titre de présomption de violences physiques; dans le contexte déjà tendu qui concerne Damien Abad (1), ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes Handicapées (re-ouf), l’ambiance commence à être un peu collante. Forcément…

Le patronyme du jour est en effet un (mauvais?) clin d’oeil à double titre; souvent, on a constaté dans ces colonnes que les racines d’un nom pouvaient – strictement d’un point de vue linguistique et sans jeu de mots – dévoiler un deuxième sens inattendu. Celui de notre femme politique est à ce sujet une ou plutôt deux surprises : ce qui aurait pu être une douceur risque bien de la mettre dans le pétrin. Car ceux qui sont un peu familiers avec son lieu de naissance (Sparte-Péloponnèse-Grèce) ‘entendent’ déjà quelques sonorités typiques.

Commençons pour une fois par Chrysoula, qui sonne comme un diminutif affectueux grâce à la terminaison ‘-oula’, à la fois féminine et bienveillante pour ne pas dire aimante, idéal pour (sur)nommer et donc prénommer une petite fille. Sauf que la racine ‘chrysos-‘ contenue dans la première syllabe renvoie directement au terme grec qui désigne l’or, l’or en tant que métal évidemment mais aussi, symboliquement, tout ce qui est cher et/ou précieux comme par exemple un(e) enfant. Le français traduit et illustre parfaitement bien le même raisonnement en adressant à ses rejetons les plus aimé(e)s du ‘mon trésor’, ‘ma perle’ voire ‘mon bijou’, bref la pépite de la famille (2)!

Indépendamment de cette charge joaillière pas franchement indispensable vue la situation, la carte de visite ne s’allège pas vraiment avec ce patronyme composé de deux mots, soit ‘Zacharo-’ + ‘-poulou’. La seconde partie est la déclinaison d’un ‘poulos’ très fréquent en Grèce et dont on se sert principalement en guise de suffixe comme marque de filiation (‘le petit de’). Mais, là encore, il y a un sens caché inattendu dans ce qu’on pourrait appeler en français…’mon poulet’! Hormis la coïncidence du son, ‘poulos’ viendrait du mot grec qui désigne un poussin, via une adaptation latine en ‘pullum’ d’où le mot français; en tous cas, on ne sort pas des qualificatifs très intimes,  ce ‘poulos’ pouvant donc être compris comme le ‘descendant de’ mais aussi le ‘petit’ et même le ‘chouchou’. Autre sens possible: l’idée de ‘petit’ va devenir ‘un peu’ quand il s’agit de quantités…

Quant au ‘zacharo’, il suffit de le transcrire dans notre langue pour en trouver immédiatement la signification, soit très simplement ’saccharo’, la racine qui veut dire…sucre ainsi que son succédané la saccharine. De fait, pour un Grec, l’expression s’applique en priorité à l’homme ‘qui se sucre’ (les doigts en goûtant ses gâteaux) donc le pâtissier! Alors, c’est la « fille chérie d’un pâtissier »? Ou, si on ne prend ‘poulou’ que dans le sens de ‘un peu’, cela fait quand même un certain nombre de combinaisons que vous pouvez comprendre comme vous le voulez, en tous cas étymologiquement.

(1) Voir l’origine de son nom en archive en tapant le mot dans le champ de recherche

(2) C’est la même racine qui sert à nommer ‘la fleur d’or’ soit ‘chrys-‘ (l’or) + -‘anthèma’ (la fleur), en théorie donc uniquement jaune…

…c’est-à-dire l’image du fossile d’australopithèque le plus célèbre découvert en 1974. L’homme était donc paléoanthropologue (littéralement: chercheur des formes anciennes de l’homme), une mise au jour réalisée en collaboration avec d’autres scientifiques spécialisés en matière de fouilles. D’une certaine façon, cette ‘femme’ pré-préhistorique (intermédiaire avec la race humaine) aura été en quelque sorte sa copine, ou plutôt lui son…’copain’, sauf étymologiquement.

Coppens est en effet avant tout une forme flamande de…Jacques, prénom auquel il faut faire subir à la version française un certain nombre de modifications pour comprendre…Commençons par remonter à la racine initiale qui vient de l’hébreu Jacob, dont on voit assez clairement comment elle a pu se franciser en Jacques, alors que dans d’autres langues elle devenue James ou Jimmy (via Jack) en anglais, Giaccobe puis Giacomo en italien, Iacob ou Iakov en russe, bref des nationalités très différentes mais toujours plus ou moins -phonétiquement- la même ‘attaque’.

Or, dans toute la zone flamande, soit historiquement le nord de la France (au moins), le territoire belge et bien sûr néerlandais, le mot va évidemment exister en Jacobus (le nom hérité du latin) ou Jakobus, mais aussi il va ‘éclater’ en Jaak, Jaap et même Sjaak d’un côté, ainsi que Kobus, Koos, Koppen, Koppens et donc Coppens de l’autre. Le phénomène linguistique (souvent mentionné ici dans des dizaines de chroniques) s’appelle une ‘aphérèse’, qui se manifeste par la chute d’une syllabe précédente (souvent la première de la racine), pour des raisons diverses (facilité de prononciation, habitudes linguistiques de la langue concernée voire mauvaise transmission orthographique et autres ‘accidents’).

De Jacob ne reste donc que le son (fort) de ‘cob’, dont le ‘b’ va être ‘asséché’ en ‘p’ d’où la syllabe Cop ou Kop, et donc les Coppe (1) et Koppe, puis les Koppens et Coppens qui sont en fait des diminutifs de filiation marqués par le ’s’ final. Un Coppens est donc -au moins à l’origine- un ’fils de Jacques’ ou plus largement un descendant (sinon, au fil du temps, ça ferait des Coppens-s-s-s-s…).

Notez au passage que le ‘Jacques’ français va donner matière à de nombreux dérivés, dont déjà une forme ordinaire (sans majuscule) dont on a qualifié pendant longtemps (dans les campagnes) un voisin dont on ne connaissait pas le nom, puis (quand on ne connait pas, on dénigre) n’importe quel homme dont on ne partageait pas les idées et surtout le comportement (on disait « il fait le jacques, ou son jacques).

Mentionnons également les Jacquets (là également, parfois sans majuscule) pour désigner les pèlerins de St…Jacques de Compostelle ou certains de leurs accessoires. Quant au jaquet (le jeu de table type backgammon), il n’y aucun Jacques là-dedans puisqu’il serait une déformation de l’anglais ‘jockey’, par allusion au rôle joué par l’un des joueurs.

Cela étant, impossible de terminer sans se demander non plus de quelle langue vient Jacob mais, déjà en hébreu, ce que signifiait le mot; il fait référence à la Bible (what else?) et plus précisément au frère jumeau d’Esaü; l’histoire dit que le Jacob en question -petit-fils d’Abraham et fils d’isaac- étant né juste après son frère avait voulu le retenir en le tenant par le ‘talon’, définition généralement donnée à Jacob (2)!

Voilà pourquoi les Coppens, comme l’homme politique belge René, le physicien français René (père d’Yves), l’aviateur belge Willy ou notre creuseur acharné ne sont pas des ‘copains’, puisque le mot vient du latin francisé ‘com-pain’ soit celui avec lequel on partage…le pain (symboliquement, un repas), l’autre forme plus complexe de com-pain étant évidemment com-pagnon. Ce qui explique que, de nos jours, il faut bien estimer la ‘dimension’ de votre copain (ou copine) avant de le (la) présenter comme petit(e), grand(e) ou ‘seulement’ un (ou une)…

(1) Rien à voir avec Copé (Jean-François), homme politique français dont vous avez toute l’histoire -surprenante- en archives depuis 2012…

(2) Plus symboliquement, on traduit également ’yakob’ par ‘celui qui retient ou qui empêche’, sous-entendu son frère d’avoir le droit d’aînesse (pas cools, les patriarches de l’Eglise).

…dans le premier (et dernier?) gouvernement Borne: nombreux sont ceux qui pensent découvrir aujourd’hui ce ‘jeune homme’ (1) qui prend une parole souvent vibrante sur les plateaux télé, or, avant d’être affecté à l’Agriculture, l’homme a présidé le groupe du Modem à l’Assemblée Nationale puis assuré les (délicates) Relations avec le Parlement. Bref, ce n’est peut-être pas encore un chêne politique mais sûrement en étymologie…

Ce ‘fesneau’ a effectivement pour origine un nom commun de l’ancien-français dont il porte encore la marque de l’influence latine avec un ’s’; vous aurez compris facilement qu’on peut donc trouver l’orthographe plus ‘moderne’ de Féneau, l’accent aigu sur le ‘e’ témoignant d’une élision (la suppression) de la consonne…On s’approche encore plus de la racine réelle en s’appuyant sur la forme qui a précédé, soit un ‘faisneau’ qui a donné (avec le même phénomène) le mot ‘faîne’ (faine, est également autorisé) en français, c’est-à-dire le fruit du hêtre.

D’ailleurs, avant faine et faîne, il y a même eu, au 12ème siècle, une étape en ‘faïne’, le tréma représentant alors la contraction du latin ‘fagina’, le nom de l’arbre en latin…Manque de chance, à cause d’une grosse équivoque, la faine – le produit de l’arbre – se présente sous la forme d’une petite coque qui évoque une…châtaigne, ce qui fait que dans l’Antiquité, les Grecs qui ne connaissaient pas le hêtre dans leurs régions, désignaient par le mot ‘phagos’ (fagos) le…chêne, forcément à glands, qui plus est d’une variété comestible (2)! 

Petit récapitulatif : le mot du chêne grec qui porte des glands (phagos) a été récupéré par les Latins qui l’ont appliqué ‘abusivement’ au hêtre qui porte des coques (fagos>fagus), devenant ainsi ‘fagina’ (3). Au cours de la période gallo-romaine, le latin dit vulgaire (commun) a fait entrer ce mot dans le répertoire gaulois en devenir, qui l’a transformé en ‘faïn’, puis ‘faisne et enfin faine, créant au passage des Faisneau et des Fesneau, surnoms devenus patronymes par métonymie, dans ce cas par transfert d’un élément de l’environnement (un hêtre particulièrement remarquable dans la propriété ou un bois de hêtres, carrément).

Notez que quelques familles Feneau (sans le ’s’, ce qui change tout justement) viennent, elles, non pas d’un arbre mais d’une herbe puisque le nom découle directement du latin ‘fenum’ qui a donné…foin (4) en français. Bon, rien n’empêche Marc de faire parfois du foin en réunion, mais ce qui est sûr c‘est que cet homme n’a rien d’un gland(eur), sauf étymologiquement!

(1) né en 1971 quand même…

(2) le ‘quercus esculus’ pour les fanas de la branche.

(3) les noms d’arbres sont toujours féminins en latin car perçus comme produits de la déesse Nature.

(4) et même ‘fenouil’, transformation du diminutif ‘feniculum’ (le petit foin de la terre. Ah, ces Romains!)

…autant de Trintignant dont la renommée va accompagner celle de Jean-Louis pour se perpétuer. Si « Dieu créa la femme », il vient de reprendre l’homme qui a laissé depuis de nombreuses traces non seulement sur les écrans français mais aussi dans l’oreille de plusieurs générations à l’occasion de lectures poétiques ou de rôles au théâtre.

Contrairement à la première idée qui pourrait venir en tête, il n’y a rien de ‘trente’ dans ce Trintignant qui pourrait effectivement en être une sorte de dérivé en faisant varier une voyelle; resterait alors à justifier une seconde partie de mot trop ‘gnan-gnan’ pour être une vraie racine et trop longue pour être un suffixe…

La véritable origine est typiquement latine, et découle d’un ‘trintiniacum’ qui représente un locatif, un nom de lieu comme semblent le prouver plusieurs (en fait, quelques seulement) hameaux ou villages français; on trouve donc d’abord des Trininiac ou Trintinhac (orthographe occitane) dans la région Auvergne, puis des Trintignan dans le Sud-Est (Gard ou Vaucluse, le département de naissance de Jean-Louis).

L’autre variante la plus répandue est avec un ‘e’, soit Trentignac, en version longue Terentiniac, ce qui nous ramène vers le terme latin et donc la solution : ‘trintiniacum’ est bien en fait un ancien ‘terentiniacum’, dont il faut ‘enlever’ la finale latine ‘-um’ qui est la marque d’un nom commun ou d’un adjectif de genre neutre, puis la liaison ‘-ac-’ qui définit un terrain, une propriété ou un domaine (le locatif) qui appartiennent à un certain Térentius, autrement dit Térence en français.

Bon, le prénom n’est pas forcément dans le top des listes de baptême; les plus célèbres au 21ème siècle sont sûrement Térence Trent d’Arby, musicien et chanteur de soul et reggae américain (pour ceux qui sont nés après le millénaire) et Terence Stamp, acteur britannique vu dans « Théorème » de Pasolini (pour les plus de soixante ans), « Le Guépard » de Visconti (plus de cinquante), deux épisodes « Star Wars » (plus de quarante) et -entre autres- travesti en rose sur le toit d’un bus en Australie dans « Priscilla, folle du désert » (plus de douze). Les intellos abonnés aux rayons de bibliothèques classiques penseront plutôt à un poète latin de naissance ‘tunisienne’ du 4ème siècle avant JC, auteur de pantalonnades irrespectueuses dont étaient friands les Romains.

Or, si les Trentignan et autres Trintignant descendent bien d’un éventuel envoyé romain ou propriétaire terrien gaulois au service de Rome et donc devenu ‘gallo’, Terentius lui-même a bien une étymologie secrète, non ? Bien que tout le monde ne soit pas d’accord sur la fiabilité de la racine (mais on n’en trouve pas d’autre, donc…), il semblerait que le surnom latin ait été formé sur l’adjectif ‘teres’, lui-même issu du verbe ‘tero’ qui veut dire frotter.

D’un point de vue concret, le terme pouvait s’appliquer à tout ce qu’on voulait raser, gratter, faire briller évidemment mais surtout polir…Ce qui fait qu’à force, comme en français (!) le participe passé ‘poli’ a pu s’appliquer aussi bien à un pommeau de canne qu’à un esprit bien travaillé donc éduqué; ce qui pouvait aller jusqu’à qualifier une personnalité équilibrée, avec un jugement réfléchi. Pas sûr que ça colle avec les farces de Terence, mais sans doute bien mieux à l’intelligence et au jeu de Trintignant. Y compris peut-être étymologiquement…

…ce qui a un petit côté fait-divers qu’on craindrait dramatique alors que c’est exactement le contraire: cet imposant quinquagénaire s’est fait connaitre lors d’une grève de la faim militante (pas qu’en se privant de croissants) pour défendre le droit à résidence de son apprenti d’origine guinéenne menacé d’expulsion. Il est par ailleurs candidat aux élections législatives 2022 sous investiture de la ‘Nupes’, et nul doute qu’il ait su labourer le terrain de sa circonscription, y compris étymologiquement.

Ce patronyme, pas si fréquent ni familier pour qui n’est pas né en Bourgogne ou Franche-Comté, est typique de l’orthographe de cet Est de la France (qui n’est pas que le nord-est); il est formé de deux mots qui contribuent chacun au sens final, soit ‘rava’+ ‘cley’ (c’est pas trop difficile) et cette fois, on peut vraiment parler de racines au sens propre puisque que ‘rava’, le mot gallo-romain d’influence latine qui signifie la rave, la plante potagère cultivée pour son tubercule comestible dont la forme inspirera des choux (rave), du céleri (idem) et même des feuilles rouges appelées…bettes d’où les betteraves! 

Rien à voir donc avec un festival de musique électronique plus ou moins autorisé, mais avec un ‘étymon’ (le mot initial) qui a pu se conjuguer un peu partout dans le pays, les producteurs ou les marchands de ces légumes devenant des Ravaz (en Savoie et dans le Lyonnais, où c’est quand même plus pratique de cultiver qu’en montagne), des Ravat (en Lorraine) mais aussi des Ravez et des Raveau sans oublier les Ravel (comme le compositeur Maurice, d’ascendance…savoyarde!).

Or, ces Rava étaient Cley – pour ne pas dire dans des clayes – autre terme du répertoire paysan qui évoque à l’origine une fermeture sous forme de barrière mais le plus souvent de palissade ou de…claie pour protéger les plantes ou mieux pour stocker les racines; d’où le nom du treillis en bois sur lequel on fait sécher aussi bien des fruits que du fromage. On trouve le terme sous plusieurs orthographes dans de nombreuses régions en claye, cleye, ainsi que les diminutifs clayette ou cleyet et même clayeton, surnom qui aura un grand succès outremer en Clayton, prononcé à l’américaine!

Et comme pour rave, aucun rapport ici avec la moindre ‘clé’ (clave), à part peut-être celle qu’a su trouver Stéphane pour ouvrir les portes de l’Administration et garantir l’avenir de son protégé, ainsi que celle de son propre avenir politique.