Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Cordy (Annie)

…et la plus française des ‘fantaisistes’ belges, comme on disait à l’époque de ses premiers succès en scène. Bien sûr, la mémoire populaire restera davantage branchée sur ‘La Bonne du curé’ ou ‘Tata Yoyo’; les amateurs de music-hall sur ‘La Route fleurie’ (Francis Lopez) ou ‘Hello Dolly’ (Jerry Herman) dont elle fut la créatrice francophone; les plus cinéphiles se souviendront de ses rôles de composition (souvent des femmes abîmées par la vie) dans ‘Le passager de la pluie’ (René Clément), ‘Le Chat’ (Pierre Granier-Deferre) ou le superbe ’Rue Haute’ (André Ernotte).

Exceptionnellement, souvenir personnel: dans les années 1990, alors animateur d’une émission de télévision dont le plateau quotidien s’enorgueillissait de présenter une célébrité chaque soir, je reçois l’attachée de presse d’Annie, en tournée dans la région, qui m’informe que « Mme Cordy est souffrante et ne pourra pas se déplacer ce soir »…Or, cinq minutes avant le direct, déboule dans les loges la chanteuse, emmitouflée dans trois écharpes pour tenter de couper une fièvre persistante et claironnant « Non mais, tu crois pas que je vais te laisser tomber comme ça, dis! ». Cordial, non?

…Et Cordy surtout, le…’total-pseudo’ d’Annie, puisqu’elle ne s’appelle ni Annie, ni Cordy! Commençons donc par le commencement: elle partage avec la grande Arletty le prénom (déjà très passé de mode à son époque) de Léonie (*), qui va subir une double effet-tiroir car, dans l’intimité, son entourage a depuis longtemps déformé le mot en (Léo)’Nini’(e), abréviation dont elle se souviendra des années plus tard et qui lui portera…Chance.

Or, du côté sud de la frontière (linguistique) flamande, Nini est pour les Wallons (et tous les Français) la contraction de ‘Annie’ et pas autre chose, à part peut-être quelques Stéphanie qui ne sont pas encore au top de l’état-civil. Voilà donc pour le prénom, alors que le nom aurait été créé sur une remarque de son maître de ballet (elle a pratiqué la danse classique) ou peut-être un directeur de cabaret, peu inspirés par son véritable et (encore) très flamand patronyme de Cooremann.

Afin de respecter une règle plus ou moins spontanée des médias qui prétend qu’un nom court, si possible de quatre syllabes maximum, est mieux mémorisable (cherchez, vous allez voir le nombre incroyable de chanteurs(-ses) et acteurs(-trices) qui ‘fonctionnent’ comme ça), on abandonne le double ‘oo’, trop néerlandais, pour la seule syllabe (cor-) suivie d’un ‘y’ très show-business, avec une consonne de liaison (d) pour faire tenir le tout.

Ce qui nous fait donc Cordy, comme cordial ou coeur, deux caractéristiques dont ne manquera pas la gracieuse Annie…Rien à voir donc avec une prétendue histoire de ‘fabricant de cordes’ (les Cordier existent bien, mais seront juges -et flics- à la télévision des décennies plus tard), alors que les Annie sont forcément gracieuses puisque le prénom est un diminutif de Anne (porté par la mère de Marie, donc la grand-mère de Jésus), lui-même dérivé de l’hébreu Hannah qui évoque la grâce!

Je vous ai gardé le moins ‘évident’ pour la fin, ce Cooremann, dont vous devinez la formation d’après ‘coore-mann’; il y a donc là-dedans l’histoire d’un mec (-mann) qui fait ou qui est quelque chose de précis, en l’occurrence non pas un chirurgien cardiaque (l’homme du cooeur?) mais un officier municipal.

La racine appartient donc au répertoire néerlandais, d’après un ancien mot qui est ‘keure’, devenu ‘core’ et qui désigne une charte, plus précisément la charte municipale de nombreuses communes du Nord (Artois, Picardie pour la France actuelle). Le document en question était chargé de préciser les conditions d’échevinage, un système judiciaire qui permettait de réunir dans les jugements des professionnels de justice mais aussi des représentants professionnels ou syndicaux (une sorte de conseil des Prud’hommes, quoi).

Mais notez qu’un certain nombre de linguistes soutiennent que, via plusieurs variantes du mot, en Cormans, Cormann et Kormann, il s’agirait plutôt d’un négociant en blé d’après le flamand ‘koren’, même si ‘korn’ (corn) ressemble beaucoup au ‘maïs’ anglais…Mieux encore: quelques pages du Net fantasment sur un rapprochement avec le métier de chantre, soit cantre ou cantor en…occitan (un peu loin du berceau de Nini) qui ressemble à l’anglais ‘choirman’!

Il ne faut pas trop penser à ces dernières hypothèses, peu logiques dans le contexte familial d’Annie, même si la coïncidence avec cette dernière définition aurait parfaitement convenu pour une chanteuse, je vous l’ac..corde.

(*) Léonie Bathiat, pour Arletty.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Un commentaire au sujet de Cordy (Annie)

  1. Super intéressant comme d’habitude. Merci.

    Une petite remarque: la céréale « maïs » se désigne en néerlandais (et en flamand également) par … « maïs ».
    Par contre, le blé se traduit par « koren »! un sac de blé= een zak koren; volkorenbrood = pain complet.
    En Belgique on trouve une pléthore de Cooreman, Cooremans, Corman…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.