Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Pissos (40)

Pissos-40

Voici une commune du Grand Sud dont le nom fait souvent sourire le touriste égaré dans les Landes, à cause d’une homophonie (un son identique) sifflante que les enfants, excités par la perspective des vacances et attachés sur la banquette arrière depuis la Porte d’Orléans, sont enchantés de répéter pendant dix minutes dès que la voiture passe le panneau d’agglomération, assurés d’une impunité de langage justifiée par ce toponyme bien gascon…

Or, Pissos, au large de l’A10 entre Liposthey et Sore, a une origine étymologique bien précise, la…pisse. Bon, d’accord, il vaut mieux prendre le terme occitan, qui est « pissa », ce qui désigne, comme vous le pensiez depuis quelques secondes, la poix, autant dire quelque chose de collant, et donc forcément, dans un pays de pins, la résine!

A la racine (du pin), il y a le mot latin « pix, ou picis », qui a donné le français « poix », la chose est presque évidente. Or, cette « pix », ou « pice » a été écrite plus tard en « pisse », d’où la joyeuse homophonie. Du coup, chez les Romains, certains ont pu être surnommés « Pissius » (ou Piccius, en latin), ce qui nous donne le surnom d’un probable propriétaire d’un domaine landais. Le nom de la commune vient-il donc « directement » de la résine, que l’on recueillait dans la région (mais alors, pourquoi n’y a-t-il pas de Pissos…dans tous les coins?). Par ailleurs, le mot existant sans doute bien avant l’invention de la résine, il s’agit probablement bien d’une allusion au romain établi quelque part dans le futur Parc des Landes de Gascogne.

Chose intéressante, on a formé dans notre vocabulaire plusieurs mots sur le même terme, dont poisseux (=collant comme la poix), poisser (coller) et même poissard…
Poissard? Voilà un mot intéressant. D’une part, son suffixe en -ard laisse supposer, d’emblée, une connotation péjorative, confirmée par le sens qu’avait ce mot dès le 16è siècle, à savoir celui de voleur! En effet, un » poissard », c’est quelqu’un qui utilisait la technique de mettre de la poix sur ses doigts pour piquer dans le contenu des poches qu’il trouvait, d’où le sens.

Plus fort encore: Si ce poissard est un voleur, il avait la réputation de souvent se faire prendre. Voleur pris = voleur malchanceux, donc, au sens propre, qui…porte la poisse!

Bizarrement, au féminin, la « poissarde » n’est pas une voleuse, mais une…marchande de poisson, donc on saute de la poix au poisson. Homonymie mais étymologie différente, donc aucun rapport! Conséquence: le masculin « poissard » (issu de poisson donc, et plus de poix) signifie vulgaire, grossier comme une…marchande de poisson.

Je vous en…colle un petit dernier, assez inattendu, mais qui fait partie de la même famille : il s’agit de l’ »empoisage », la syllabe « pois-» se simpifiant en « pes- », ce qui nous donne donc en langage moderne « l’empesage », c’est à dire, dans l’idée tout au moins, « mettre de la colle » (sur les chemises par exemple) pour rigidifier le tissu et faire tenir le pli. Il s’agit bien évidemment ici d’une « image », comme pour la résine, et l’on va parler en l’occurrence d’amidon; poix s’abstenir!

Ps: Pour lever toute équivoque, la pisse au sens d’urine vient d’un terme homonyme (ben oui, çà arrive pour çà aussi!), qui est une simple onomatopée: il s’agit d’un mot créé pour imiter le bruit du « pipi » ou « piss-piss » en question!




N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Un commentaire au sujet de Pissos (40)

  1. Cette explication est valable également pour Sallespisse (64300)

    Salles + Pisse = maison forte de Picius

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>