Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

…hommes-femmes que vous avez sans doute fait connaissance avec le visage du lieutenant-colonel de l’Armée de l’Air (et maintenant de l’Espace) qui sera non pas la première mais la nouvelle astronaute/spationaute française après Claudie André-Deshays (1) qui aura passé quelques semaines à bord de la station spatiale internationale au tour de la Terre et des années 2000. Or, cette nouvelle Eve des étoiles s’appelle en réalité…Adam!

La Bourgogne (Franche-Comté) est décidément un territoire de grande production car notre recrue de promotion à l’Agence spatiale européenne vient elle aussi de cette région et en porte un nom caractéristique, soit donc Adenot. Comme une première lecture ne l’évoque par forcément,  il s’agit bien d’une variante du prénom biblique, tout comme les Adenet, Adeney, Adenin ou même Adanet, etc…

Toutes ces versions européennes se sont formées, comme dans de très nombreuses langues où le mot Adam est bien présent tel quel comme prénom par exemple, autour de la racine du terme hébreu ‘adama’ qui évoque ‘une terre rouge’. En fait, alternativement soit la terre soit la couleur, puis les deux parce que, symboliquement, le son va s’appliquer, dans la Bible, à celui qui représentera le premier être vivant (rouge) sur le globe (terre).

Notez au passage que, par opposition ou complémentarité, l’autre créature sera nommée ‘Eve’, soit ‘ewe’ à l’origine, à laquelle s’attacheront les signes de l’eau (élément féminin) et de la couleur bleue (idem)…Mais tenons-nous en à la linguistique qui ne va pas se priver de perpétuer, via la ou plutôt les religions, le nom sacré de notre (supposé) ancêtre commun. De la Scandinavie à la corne de l’Afrique, de très nombreux peuples ont intégré cette référence sacrée, avec des évolutions parfois ‘indétectables’.

C’est ainsi qu’on rencontre des Adnot (là, ça va encore) et des Adné mais aussi des Adant (!), des Adamus (version latine), des Admin et même des Azam et Azan; certains de ces patronymes sont d’ailleurs parfois analysés comme une suite non pas de ‘adam’ mais de…’eden’, l’autre son du paradis qui désigne, lui, une plaine sous-entendue riche et bienheureuse où s’épanouiront les deux premiers locataires (attention: bail précaire).

La racine vient d’une très ancienne langue (aujourd’hui éteinte) de Mésopotamie, l’akkadien (2); et c’est bien le même son que l’on retrouve dans le nom du territoire qui concerne aussi bien la ville que le golfe du Yémen; tout comme chez les Adenauer…germains (comme feu le chancelier allemand des années 1950, Konrad), patronyme combiné de ‘eden/aden’ (la plaine) + ‘-au’ (parcourue par un fleuve) + ‘-er’ (marque de la présence d’un résident). 

Gardez bien en mémoire le nom de Sophie (elle ne va pas décoller tout de suite) car dorénavant, en complément de la tournée de communication exhaustive organisée pour présenter la dame (accompagnée du chevalier précurseur Pesquet (3), vous ne pourrez plus dire que vous ne la connaissez ni d’Eve ni surtout d’Adam. Y compris étymologiquement!

(1) Parfois plus connue sous son nom marital de Haigneré

(2) Rien à voir (mais alors rien du tout, ni dans le temps ni dans l’espace) avec l’Acadie de nos cousins québécois

(3) Vous pouvez également aller pêcher son nom dans les archives…

…trop forte, c’est de s’organiser pour qu’elle arrive dans l’actualité fortuitement (ou pas). Exemple : pendant que les supporteurs (en français) soutiennent (idem) leur équipe et se demandent s’il faut dénoncer (ou pas) certaines pratiques dans le football, d’autres tentent de faire taire (ou pas) des médias qui continuent à s’intéresser à « l’affaire de la sex-tape » dont est victime l’adjoint au maire de la ville de St-Etienne (Loire), filmé à l’insu de son plein gré et en bonne (?) compagnie dans une chambre d’hôtel. Soupçonné d’être lui-même impliqué dans l’histoire, le maire n’est pourtant pas un « perdreau de l’année », bien que…

Cette expression très courante n’a rien ici de désobligeant ni de gratuit puisque l’origine du mot renvoie très exactement à l’oiseau de nos campagnes ! Très répandu en région Poitou-Charentes voire un peu plus haut (1), le patronyme Perdriau ou Pertriaux (en version un peu plus ‘sèche’) se trouve également en Perdriaud, Perdriault et Perdriaux, autres variantes régionales plus ou moins patoisantes de la façon de prononcer…perdrix (2).

Selon les habitudes générales de l’onomastique (la ‘science’ des noms de famille) que vous connaissez sans doute si vous lisez ces chroniques depuis quelque temps, on se dit qu’il n’y a là rien de bien compliqué et qu’on se trouve très probablement devant un cas de métonymie (le transfert d’un détail sur une généralité ou inversement); les Perdriau seraient donc des chasseurs de perdrix «…avançant dans les marais couverts de brume à cinq heures du matin avec leur fusil dans les mains… » (3). Possible effectivement mais pas obligatoire du tout, sinon la ‘règle’ voudrait alors que nos ancêtres chasseurs, pour mériter ce surnom, ne tuassent que cette espèce, ce qu’on peut difficilement imaginer (4)!

Attachons-nous d’abord à cette perdrix dont le diminutif ‘perdriseau’ a perdu son ’s’ au fil du temps pour arriver à perdrieau puis ce perdriau qui nous intéresse; le nom signifie donc exactement « petite-perdrix », nuance que l’on ne peut pas rayer ici d’un trait (de plume, évidemment): il semble que cette nuance lui a même valu pendant quelque temps le sens de « homme peureux comme une perdrix »…Or, après quelques soubresauts au fil du temps pour créer une ‘perdriz’ (12è s) puis une ‘perdris’ (16è s), c’est en fait le latin ‘perdix’ qui était le véritable nid de toute cette couvée. 

Encore une fois, les Romains avaient emprunté et transféré tel quel ce terme ornithologique très spécialisé d’après le grec…’perdix’ (l’un et l’autre rajouteront un ‘r’ derrière le ‘d’ par un effet de phonétique classique); et c’est là que cela devient plein de surprises…

En effet, dans de nombreuses traditions et légendes anciennes – à commencer par la mythologie grecque – la perdrix est un oiseau sacré (qui ne l’est pas, à l’époque?) mais aussi très équivoque, symbole de « l’amour qui se fait remarquer » (par son cri inimitable); cet appel à la copulation (aviaire, bien sûr) fait de lui une créature « lascive », aux yeux d’une beauté inégalée (dans la tradition indienne) et qui attire les mâles en se dandinant (comportement réel de l’oiseau).

De plus, coïncidence troublante (et vérifiée): la ‘structure préhistorique’ de la racine ‘perdrix’ s’appuie sur les deux sons  « ps-ch »; or, circule pendant des siècles dans tout le bassin méditerranéen un mot arabe équivalent qui décrit quelque chose ou quelqu’un qui ‘claudique’, qui se dandine d’un pied ou d’une patte sur l’autre, stratégie de fuite que les chasseurs modernes prendront pour une ruse de l’oiseau qui veut faire croire qu’il est blessé avant de s’envoler à nouveau sous le nez de l’homme…Plus fort encore, on retrouve le même sens dans la tradition juive pour qualifier des « danses boitillantes » traditionnelles de la fête de Pâques, le mot hébreu ‘pessah’ (la pâque) s’inspirant de la même formule du base ps-ch!.

Je m’en voudrais de ne pas signaler pour terminer que, chez plusieurs poètes grecs anciens (avant l’époque dite classique), la perdrix femelle est reconnue comme l’image de la grande tentatrice sexuelle, allant, pendant la couvaison, jusqu’à rejeter les mâles alors obligés de s’accoupler entre eux (sic). Et cette fois, loin des micros et caméras en usage au 21è siècle…

(1) Pour une fois ça tombe bien, Gaël est né à Cholet (Maine & Loire)

(2) Et même Perdriel,  comme Claude journaliste et patron de presse (« Le Nouvel Obs »)

(3) In « Le chasseur » (Michel Delpech, 1974)

(4) Un chasseur, ça chasse, même les promeneurs dans les bois ou les campagnards dans leur jardin.

…suisse, même s’il vient récemment de se découvrir « qatari, arabe, handicapé, gay, et immigré » (citation)…En fait, il est plus précisément tessinois, de la partie italienne du sud de la Suisse, mais il vient d’encore plus loin que cela : la famille arrive en droite ligne de la Calabre (la pointe de la Botte) et, si vous parlez un peu italien ou latin, vous avez sans doute déjà deviné que même son père était un petit enfant.

Infantino est en effet une sorte de double diminutif; linguistiquement parlant, c’est ce suffixe traditionnel ‘-ino’ (1) qui donne l’idée de petitesse ou de descendance…Mais nous ne sommes pas à la Cour d’Espagne, où son équivalent ‘Infante’ désigne les enfants non-héritiers de la couronne (2), ni à la Cour de Versailles, où les ‘Enfants de France’ sont très clairement les fils et filles du Roi (alors que les ‘Petits-Enfants’ sont ceux du Dauphin). Il s’agit donc ici d’un sobriquet, au sens de gamin (diminutif: ga-minot, d’où l’utilisation abrégée de la seconde partie du mot), ou même…pire.

En effet, ‘l’infantino’ a gardé là-bas, tout comme pendant la période classique en France, le sens initial latin non seulement de petit enfant, mais quasiment de bébé! Explication: chez les Romains, le mot est formé d’un préfixe et d’une racine, in-fans; contrairement à de nombreux autres usages, ce ‘in-‘ exprime ici une impossibilité ou une interdiction. Exemple: ce qui n’est pas possible est…in-possible (+ la règle qui transforme le ‘n’ en ‘m’ devant m,b,p, vous vous souvenez?); ce qui ne peut pas brûler est in-(i)fugé, mais ce qui peut brûler est in-flammable (cette fois, on porte la flamme ‘dans’ quelque chose), le contraire étant évidemment in-in-flammable, etc.

Bref, la seconde partie de cet ‘in-fans’ est le participe présent d’un verbe irrégulier latin qui signifie…parler. Logique: l’infant ne peut (ne sait) donc pas parler, puisqu’il ne concerne encore qu’un petit enfant; au fur et à mesure du temps, cet enfant prend quelques années (entre 4 et 7 ans) mais n’a toujours pas droit -nuance- à la parole; puis, entre 10 et 14 ans, il devient le jeune fils pré-adolescent de la maison, et s’apprête à recevoir (la liste de) ses devoirs, comprenez ses responsabilités dans tous les sens du terme.

Le cas échéant, il ne faudra pas hésiter à batailler pied-à-pied, exactement comme…l’infant-erie militaire, dernier sens hérité des Latins, et réservé cette fois à certains nobles: ceux qui n’avaient pas encore l’âge (ou la possibilité) d’avoir un cheval et de savoir monter (eux, on les appellera chevaliers) étaient donc forcément des ‘va-à-pied’, autrement dit ceux qui exécutaient sans rien dire les ordres des gens de rang (et d’altitude) supérieurs!

Pirouette étymologique finale: on trouve également, principalement dans le sud de l’Italie, une connotation inévitable et sous-entendue pour cet Infantino (avec une majuscule donc), c’est celle du Petit-Enfant, pour ne pas dire du Divin-Enfant, soit évidemment l’image de l’Enfant-Jésus, nom dit ‘de baptême’ pour désigner un ancêtre particulièrement pieux, consacré à la religion, ou le plus souvent sauvé miraculeusement d’une mort prématurée en bas-âge. Ce que l’on ne souhaite pas à la nouvelle mission de notre Jeannot (Gianni, en v.o), cet ‘enfant de choeur’ qui n’aurait sans doute pas dû prendre la parole…en tous cas étymologiquement!

(1) Exemple parmi des centaines d’autres: en Italie, Mickey (Mouse) s’appelle tout simplement Topolino, soit ‘petite-souris’.

(2) En France, on aura d’une certaine façon comme équivalent les ‘Monsieur’ ou ‘Madame’ donnés (même aux bébés) à ceux et celles qui ne sont pas dauphin ou dauphine.

… tout en battant un record de traversée et de se faire de la place dans l’actualité entre deux missiles russes (ou ukrainiens), trois menaces nord-coréennes, quelques engueulades pitoyables sur des plateaux télé et débarquement de supporters au Qatar. Ajoutez à cela un départ qui avait été reporté de plusieurs jours pour cause de météo et un drame à l’arrivée sur un bateau suiveur, bref cette édition, c’est un peu la tête dans le chaudron…y compris étymologiquement. 

Le patronyme du grand vainqueur mérite en effet que l’on surfe un peu sur les vagues de la linguistique pour se familiariser avec un état-civil qui reviendra sans aucun doute à la Une dans les prochaines années. Comme souvent, son lieu de naissance (en l’occurence, Paris) ne nous donne aucune indication éventuelle (surtout la capitale!) et, de fait, ‘caudrelier’, comme ‘cauderlier’, est une variante venue de Picardie d’après ‘caudrerier’, le tout à l’origine sans majuscule puisqu’il s’agit d’un nom commun. 

L’interversion du son ‘r’ (caudrelier/cauderlier) ou le remplacement du ‘l’ par un ‘r’ (caudrelier/caudrerier) viennent de phénomènes – certains disent de règles – linguistiques certes surprenants mais assez communs; ils sont dûs à des influences de parlers régionaux au cours des siècles sous la pression de prononciations traditionnelles et/ou de langues limitrophes voisines (pour résumer). Idem pour ce que l’on appelle une ‘vocalisation’, c’est-à-dire la transformation classique d’un ‘l’ latin en voyelle en français (un ‘u’ par exemple’), car… 

…concrètement, tous ces ‘caud-‘ viennent d’une racine romaine qui est l’adjectif ‘caldus’ qui veut dire chaud. Le mot français illustre d’ailleurs parfaitement toutes les phases du processus: caldus > cald (on laisse tomber la marque du latin) > caud (la fameuse vocalisation) > chaud…Car, selon la partie de la France où le mot va se développer, on va retrouver la répartition habituelle entre parlers de langue d’oïl (nord) et langue d’oc (au sud).

Résultat: à coté ou en face des Caudrelier, Caudry et autres Caudron devenus noms propres, on va trouver des Chaudrelier, Chaudry et…Chaudron puisqu’en latin aussi, l’adjectif va donner naissance à un nom commun (caldaria) qui désigne évidemment l’endroit le plus chaud, une chaudière! Le terme ou ses dérivés vont donc pouvoir s’appliquer à tout ce qui à un rapport avec une chaleur particulière, soit d’abord un endroit où l’on fait se consumer quelque chose dans ou avec des…chaudrons, puis un coin où l’on se réchauffe comme des bains publics ou des thermes (1).

La version la plus brûlante du chaudron a gardé son nom latin en ‘caldera’ puisqu’elle désigne la chaudière (!) d’un volcan, et question température on ne peut pas faire mieux…Curieusement, si l’on cherche un synonyme français entre chaud et brûlant, on peut dire ‘bouillant’, sens figuré éphémère utilisé dans l’Antiquité pour qualifier un homme emporté ou colérique, précisément au caractère bouillant.

Rien à voir avec notre paisible et opiniâtre fendeur des flots atlantiques puisque les chaudreliers  ou les caudreliers étaient donc le métier (avec -er à la fin) de gens non pas qui fabriquaient mais qui entretenaient le feu des chaudrons, (rare) activité encore en fonction dans certains départements opérée par des chaudronniers, forcément.

(1) D’où le nom de certains lieux (devenus communes) autrefois équipés de sources chaudes nommés Caudéran par exemple. 

…les élèves de sixième (ceux qui savent déjà écrire) un peu moins, vu l’orthographe abracadabrantesque de cet accessoire sorti du crâne d’on ne sait trop qui, histoire de prolonger la courbe créative (en descente) des mascottes indispensables au remplissage de quelques caisses olympiques. Moins figurative que le coq Footix (1) mais beaucoup plus ‘historique’, la version globules-rouges-à-pattes (ou biscuits d’apéritifs à la fraise, selon votre goût) sont probablement encore ‘pires’ que l’emplumé tricolore de 1998…

Laissons tomber l’aspect esthétique dont le proverbe traditionnel dit qu’on ne discute pas, et essayons de voir ce qui se cache sous ce « bonnet phrygien », puisque c’est le plus souvent cet accessoire qu’il qualifie; et c’est probablement dans ce seul cas que vous aurez entendu le terme dans votre vie, sauf à cultiver l’Histoire ancienne ou la géographie d’Asie Mineure. 

Sans entrer dans des détails de territoires variables au fil du temps (il y a plusieurs régions dites d’Anatolie), c’est en effet dans l’actuelle Turquie que se trouve l’ancienne Phrygie, mot inventé par les Grecs installés en vis-à-vis de l’autre côté de la mer Egée. La rivalité des deux riverain(e)s est historique, à tel point que ce sont justement les Athéniens qui utiliseront les premiers le terme pour désigner ces ‘barbares’ de futurs Perses (2) au teint (ou à la terre, on ne sait pas trop) brûlé(e) par le soleil.

Ils s’inspirent pour ça d’un verbe qui signifie justement ‘brûlé’ ou encore ‘rôti’ qui est ‘frugein’; et même si cette racine ressemble un peu à un verbe germanique (par exemple), il s’écrit avec un ‘ph’ initial et un ‘y’ qui en fait n’est pas un ‘i’ mais un ‘u grec’ (3). Du coup, certaines interprétations plus historiques vont jusqu’à supposer que la signification (un peu romantique) de « phryge » viendrait plutôt des attributs de l’esclavage que l’on brûlait lorsque les affranchis de l’Empire Romain recevaient un bonnet…phrygien, symbole de leur liberté.

« Phryge » évoquait donc d’abord…des esclaves. Et après l’esclavage vint logiquement l’indépendance, avec un accessoire récupéré non seulement par les Révolutionnaires dans les années de libération républicaine de la fin du 18ème siècle français mais également par les Indépendantistes américains (sur le sceau de l’Etat de New-York, il est toujours présent sur la tête de la déesse de la liberté, alors que la couronne -britannique- est par terre à ses pieds). A la suite de quoi, la mode du bonnet rouge à cocarde tricolore (pas systématique) est devenu, avec des variantes aussi bien dans la forme que dans le fond, le symbole d’une certaine contestation de l’autorité (royale) et du ralliement des insurgés, quels et où qu’ils soient (4).

Le dernier détail -très dans l’air du temps- à résoudre sera le genre que vont donner journalistes et publicitaires à ces mascottes: tant qu’ « elles » sont au pluriel, tout va bien; mais au singulier, est-ce un phryge ou une phryge? Est-il le valeureux représentant d’un peuple fier (le coq) ou le transfert d’image de Marianne (la mère de la Nation)? Les auteurs de la créature, soucieux du politiquement correct, se sont bien couverts en ajoutant une version paralympique dotée d’une prothèse; mais, même regardant bien, on n’a pas trouvé trace d’un quelconque attribut sexuel primaire. Y compris d’ailleurs étymologiquement… 

(1) Vous seriez encore capable de le décrire? Et d’en citer d’autres?

(2) L’une des Phrygies de l’ancienne Turquie englobe la cité côtière supposée de Troie (oui, celle de la Guerre de…)

(3) Il semble que l’équivoque -pour ne pas dire l’erreur- date de l’époque de « l’école obligatoire » de…Jules Ferry, à la suite d’une mauvaise prononciation dans certaines ‘provinces’. Exemple: on devrait prononcer ‘ugiène’ pour hygiène.

(4) Pendant la Terreur, on dit que certains prêtres ‘républicains’ célébraient la messe en bonnet rouge…