Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Strauss-Kahn (Dominique)

Strauss-Kahn

Il s’appelle en fait Gaston-André-Dominique, mais on ne retiendra de ses prénoms que le dernier, plus un patronyme double: deux bonnes raisons d’abréger son nom en trois lettres, comme VGE ou CDG (Charles de Gaulle), nous voici donc aujourd’hui avec…DSK, homme politique français né à Neuilly-sur-Seine – commune décidément favorable aux politiques de tous bords – et néanmoins fils d’un conseiller juridique et d’une journaliste d’origine tunisienne. Dominique Strauss-Kahn, le Père Noël de la finance internationale, c’est pour çà que je vous en parle aujourd’hui, des fois qu’il aurait encore quelques euros dans sa hotte…

La lignée des Strauss-Kahn est d’origine juive, plus précisément juive ashénazes, la « branche » d’Europe centrale, et le patronyme en question comporte deux noms, Strauss…et Kahn, c’est simple.

Commençons par le second, k-a-h-n, que l’on trouve parfois sous l’orthographe Khan – rien à voir avec Gengis – est une variante alsacienne (et allemande) du mot hébreu Kohen, ou Cohen en français, soit, phonétiquement: Kohen > Kahen > Kahn. Dans cette langue, le « kohen » désigne un prêtre, tout simplement. C’est l’un des noms juifs les plus répandus, que l’on trouve souvent en « composition » avec un autre nom accolé, la preuve.

Strauss, quant à lui, est un mot allemand, porté en majorité, là encore, par des juifs ashkénazes, et dont le sens est plus caché, pour ne pas dire plus anecdotique et néanmoins étonnant: En allemand, Strauss signifie…« autruche ». Si l’on se risque à interpréter immédiatement le sens du patronyme ainsi constitué, les choses deviennent incohérentes. Or, on raconte qu’il y avait, dans le quartier juif de Francfort, une maison dont l’enseigne, selon une tradition bien répandue et encore en vigueur dans l’Est de la France par exemple, l’enseigne de cette maison donc représentait une autruche.

Il ne faut pas en déduire que cette maison était habitée par un prêtre (puisque le patronyme de Dominique est formé de l’alliance de deux familles), d’autant que, en toute probabilité, l’occupant de la maison à l’enseigne d’autruche pourrait être un artisan travaillant…la plume (d’autruche ou pas), peut-être pour des costumes, voire des chapeaux; en effet, pendant des siècles, dans beaucoup de pays, on a pris un symbole pour désigner le commerçant qui occupait un local: une paire de ciseaux, une silhouette de cochon, ou un fer à cheval, selon que vous étiez tailleur, charcutier ou forgeron.

Là où çà se « complique », c’est que, pour rester dans la langue allemande, Strauss peut également signifier un « bouquet » (de fleurs). Tout comme Kahn peut également désigner une barque, donc le surnom d’un passeur. On arriverait donc à des combinaisons multiples…qui n’ont pas lieu d’être, puisqu’il ne s’agit pas, en onomastique, d’accoler de force des mots ensemble sans leur trouver un sens (bouquet-barque?!), mais essayer de dégager une logique, sociale ou historique, pour approcher l’étymologie probable d’un nom. Alors, en sus de « l’attelage » bouquet-barque, on peut également avoir « bouquet-prêtre », « autruche-fleur », « prêtre-autruche »…Quelle histoire!

Pour finir, quand on pense que le compositeur du « Beau Danube Bleu » (Johann Strauss) s’appelait peut-être Jean l’Autruche…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Un commentaire au sujet de Strauss-Kahn (Dominique)

  1. Pour l’origine sémitique de Cohen / Kahn voir
    http://truchement.blogspot.com/2011/07/stauss-kahn-et-gengis-khan.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>