Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Beaujolais 2015

Beaujolais 2015

«C’est merveilleux, la Chine est devenue le plus gros importateur de vins français», s’exclamait récemment un responsable de l’inter-profession. Le monsieur a probablement débouché une bouteille supplémentaire en constatant à quel point l’arrivée du ‘Beaujolais nouveau’ déclenchait l’hystérie des gourmets de l’Empire du Milieu: un récent reportage télévisé montrait précisément la façon dont se déroulait l’événement pour les nantis de ce que l’on appelait il y a peu «le Géant qui sommeille»; aujourd’hui, le géant ne sommeille plus mais célèbre le vin français en se baignant (entièrement) dans des piscines remplie à ras bord du breuvage à 10 euro la bouteille…

Une fois passée la vision d’horreur de quelques peaux fripées macérant dans le liquide rubicon, s’ajoute le…bouquet final: avant de le porter à la bouche d’un air satisfait, chacun plonge dans la piscine un…gobelet en plastique! L’image a dû accélerer l’ulcère à l’estomac de quelques oenologues ou dégustateurs français; je saisis donc l’occasion pour vous poser la question: mais au fait, d’où vient le beaujolais?
Evidemment, direz-vous, d’une zone entre Mâconnais et Lyonnais, mais on parle ici de l’origine du mot. Beaujolais est en fait un adjectif substantivé, qui qualifie la personne ou l’objet qui vient de la région en question. Soit. On dit donc un beaujolais (sans majuscule), un mâconnais ou un lyonnais, comme on dit un nantais, un bordelais, un champenois, un tourangeau ou un normand; le suffixe -ais est là pour en attester…Nous reste donc la racine ‘beaujol-’, elle-même constituée de deux mots, beau+jol (bravo). Là où il faut un peu d’imagination et de technique, c’est que beaujol-, en tant qu’adjectif, est lié au nom commun ‘beaujeu’, lequel était précisément l’appellation d’une ancienne capitale, fief créé au dixième siècle pour la soeur du roi Lothaire.

Du coup, Beaujeu (la cité) va donner son nom à la région qui l’entoure, le Beaujeulais (Beaujolais pour l’Académie), qui permettra à son tour de récolter le beaujolais (sans majuscule), vin dont le succès obligera d’ailleurs à créer un port pour son exportation par le fleuve, Villefranche-sur-Saône, mais c’est une autre histoire…Là où ça se complique étymologiquement, c’est que Beaujeu n’a rien à voir avec le beau-jeu (question rugby, c’est pas trop le coin), ni même avec un jeu tout court, beau ou moche. Il s’agit en fait de la traduction en vieux-français du mot latin qui désignait cet endroit dans l’Antiquité, autrement dit ‘Bellojovium’, composé de ‘bello’ + ‘jovium’ (encore gagné). Beau et jovial? Pas du tout, ce serait même tout à fait le contraire:

Toujours en latin donc, ‘bello’ est en rapport avec ‘bellum’, qui signifie la guerre; et ‘jovium’ est l’une des déclinaisons de…Jupiter. La preuve avec le jour de la semaine dédié au mari de Junon: jupiter-dies (mot à mot:: le jour de Jupiter) s’est contracté en jeu-di. Cqfd (je sais, avec beaucoup d’imagination). Il se peut donc que l’endroit baptisé ‘Bellojovium’ soit une dédicace des occupants romains au père de leurs dieux, à traduire par quelque chose comme ‘Vers Jupiter, Par la guerre’, ce qui est infiniment moins jovial* qu’il y parait.

Conclusion étymo et logique: la première fonction du beaujolais, c’est d’inciter au combat. Ce que ne manqueront sans doute pas de faire les puristes (ou simples amateurs) qui ne pourront jamais oublier la vision de ces acheteurs aux yeux bridés nageant dans le tanin telle Cléopâtre dans son lait d’ânesse, degré d’alcool mis à part. Qu’importe le flacon…

* Incroyable mais vrai, le sens originel de cet adjectif était ‘qui gronde comme Jupiter’ (manieur de foudres); puis, on oublia le caractère ombrageux du bonhomme pour ne retenir que la dignité de la ‘fonction’, jovial signfie alors ‘celui qui est protégé de Jupiter’. Donc qui a de la chance. Donc qui est content! Le sens moderne est donc un retournement total, puisqu’aujourd’hui il qualifie plutôt quelqu’un de rigolo, ce qui était loin d’être le cas de nptre Juju, comme dirait le maestro Jacques (Offenbach).


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>