Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Faidherbe (Louis)

…et fait l’objet actuellement d’un révisionnisme post-mortem qui a conduit certains à taguer (en français: souiller) son effigie équestre dans la bonne ville de Lille, où il était né. A tort ou à raison, on peut voir le bonhomme comme l’un des grands défenseurs de la patrie (contre les Prussiens, en 1870) ou comme un colonisateur violent et raciste (au Sénégal, puis en Algérie).

Hormis le fait qu’il faudra songer -entre autres- à déboulonner Vercingétorix (qui s’est agenouillé devant César) et brûler les livres des frères Grimm (pour discrimination envers les personnes de petite taille (1), le patronyme de ce Louis Léon…César reste assez énigmatique, au moins étymologiquement.

Or, comme d’habitude ou presque, il suffit de se raccrocher au seul son pour entrevoir (ou entr’entendre) la composition de ce nom typiquement nordiste (jusqu’en Hainaut belge): ‘faits d’herbe’ pourquoi pas, mais pas de lien très logique entre les deux mots; par contre ‘faix d’herbe’, même avec un mot un peu plus rare, conviendrait parfaitement bien.

En effet, ce ‘faix’-là est issu du latin ‘fascis’, qui définit un bouquet de quelque chose, une poignée d’objets ou un groupe de même fonction; pour résumer et pour utiliser le mot immédiatement tiré de cette racine, un ‘faisceau’. Les objets en question peuvent être des brindilles ou des branches (un fagot), des bandelettes ou des fibres musculaires (un fascia) et surtout pour commencer des verges liées autour d’une hache, le symbole de la République romaine porté les licteurs (les assistants des magistrats) lors de défilés officiels (2).

Mais le faix qui nous intéresse ici est bien plus vulgaire puisque, dès le 14ème siècle, il a pris le sens de fardeau (le bois sur le dos); de…fait, le porte-faix (3) devient alors le surnom de celui dont le métier consistait à porter des charges, et, malheureusement, le qualificatif d’un homme rustre et souvent grossier.

Ce qui n’a pas l’air d’être le cas du ‘faix d’herbe(s?)’…Si l’on prolonge le parallèle, et sachant qu’on peut tout de suite éliminer toute évocation d’une plante hallucinogène, le terme renvoie le plus souvent et de façon générale à de l’herbe coupée, particulièrement celle des moissons, céréales ou simplement foin; ce qui nous remet notre Louis dans un milieu de modestes saisonniers.

Voilà qui coupe l’herbe sous le pied de celui qui reste quand même le premier à avoir tenté un ‘Annuaire du Sénégal’ dans lequel il avait déjà répertorié le vocabulaire de plusieurs dialectes locaux. Et le nom de Faidherbe résonne toujours dans les rues de Dakar ou de St-Louis, puisque qu’une trentaine de familles ont fait souche dans l’ex-colonie de l’Empire français. Bonjour, les vacances à Lille…

(1) Ils ont commis ‘Blanche-Neige et les Sept Nains’…

(2) C’est aussi pour cette raison -d’abord étymologique- qu’on a appelé ceux qui s’étaient emparés des ‘fascias’, symboles du pouvoir, des ‘fascistes’!

(3) Ou portefaix si vous voulez, selon l’orthographe moderne


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.