Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Hamilton (Lewis)

…et des collines, y compris peut-être étymologiquement. Le champion de Formule 1 automobile -pour ceux qui seraient hors-circuit(s)- s’est en effet largement adjugé le Grand prix de Hongrie, actualité qui permet de saisir l’occasion de remonter l’histoire de ce patronyme très commun dans le monde (surtout anglo-saxon, évidemment), un mot très américain originaire d’Ecosse et de formation…néerlandaise.

En effet, tous les noms d’apparence ‘anglaise’ n’ont pas forcément une racine proprement saxonne; et quand bien même, est-il utile de rappeler ici que le saxon, c’est à l’origine un dialecte germain, (donc ‘allemand’), avant que quelques tribus riveraines de la Mer du Nord ne fuient des ennemis en s’embarquant pour l’île la plus proche appelée Terre des Angles (Angle-terre)…

Bref, Hamilton est en fait un nom anglicisé, comme tant d’autres issus de langues européennes étrangères, parmi lesquelles les David et les Dennis, qui sont des versions adaptées du David ou Denis français. Cocorico encore avec les Seymour et les Sydney, qui sont respectivement la contraction de…Saint-Maur ou Saint-Denis! Idem avec l’allemand ‘furth’ (le gué) qui donnera Ford, ou le suédois ‘sjöstrand’ (le bord de mer) adapté en Seashore.

Et très nombreuses sont les racines d’origine flamande comme le très typiquement néerlandais Stevens facilement conjugué en Stevenson à Londres, ou un ‘bosch’ (le bois, la forêt) devenu…Bush à Washington. Parmi elles, un ‘hamels’ néerlandais que beaucoup de manuels identifient -à tort- comme un équivalent du mot d’ancien français ‘hamel’, lequel a donné, après transformation ordinaire du ‘l’ en voyelle, tout ce qui concerne le ‘hameau’ (1).

Or, la diffusion largement écossaise de ce surnom de Hamilton (Hamil-ton) intègre un suffixe lui-même très répandu; selon l’époque où s’est formé le mot, il peut désigner une abréviation de ‘town’ (Newton habitait-il une ville nouvelle?). Mais, le plus souvent, il s’agit d’une trace ‘modernisée’ d’un mot d’ancien-anglais (époque Shakespeare) qui est ‘dun’ (>tun>ton) et qui qualifiait une hauteur ou une colline (voir les paysages d’Ecosse, pays d’Hamilton, ville au sud-est de Glasgow).

‘Hamaltan’, en v.o gaëlique, aurait été construite en bas de collines rasées (ou aplanies, allez savoir) d’où le toponyme de ‘lieu de la colline écrasée’, hamel-ton, transposition d’un ‘hamels-dun’ venu d’Amsterdam…Par la suite, est-ce le lieu qui a donné le nom à ses habitants ou un habitant (d’ailleurs) qui est venu s’installer dans cet endroit en lui donnat son nom? La question reste posée.

En tous cas, la diaspora des Hamilton a fait le tour du globe: pas moins de vingt-cinq (grandes) villes portent ce nom aux USA, au Canada, en Nouvelle-Zélande, etc…sans oublier la capitale des Bermudes, et des lacs, rivières et innombrables lieux-dits à travers la planète. 

Côté célébrités (hormis un annuaire entier de chanteurs-ses australien-nes), citons à part…Lewis (emprunté au français Louis) le réalisateur de cinéma Guy Hamilton (4 James Bond, entre autres), le photographe pédophile britannique David, mais surtout une certaine Emma Hart qui devint la noble Lady par son mariage avec William Hamilton (1791) mais entrée dans l’Histoire comme la maîtresse attitrée de l’amiral Nelson. Encore une qui savait négocier les courbes, au moins étymologiquement…

  1. Voir les détails dans l’article sur le père Jacques Hamel (assassiné en 2016)
  2. Voir John Bolton (2020)

N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.