Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Jambon (Jan)

série bizarre Jambon

Heureusement, il est belge ‘Yan’, le ci-devant ministre (de la Sécurité et) de l’Intérieur, sinon, on l’aurait appelé Jean-Jambon, ce qui ne ferait que rajouter à la surprise de ce patronyme certes tout à fait honorable et commun. Mais les gens bons sont toujours prompts à se moquer d’un mot qui sonne comme une bonne tranche de rigolade. La fuite in-extremis d’un présumé terroriste sous le groin de la police locale, est-ce du lard ou du cochon?

Et pourtant, pas besoin de charcuter très longtemps la racine de ce mot, puisqu’il vient tout simplemetn du surnom que l’on a donné, à partir du 13ème siècle, aux ‘professionnels du jambon’ (n’imaginez pas un compost de chair rose proprement emballé dans un cellophane de supermarché), autrement dit les premiers bouchers-charcutiers. Vendeurs, abbateurs ou propriétaires de porcs, tous ont pu, pour une raison ou une autre, être symbolisés par la partie la plus charnue des animaux d’élevage, le terme regroupant pendant longtemps à peu près tout morceau ‘bas’, du boudin aux…pieds de cochon, en passant par le jarret.

Car le jambon est une histoire spécifiquement animale, n’étant pas vraiment (sauf d’un point de vue linguistique) le diminutif de jambe. En fait, dans une confusion plus ou moins durable, cette ‘petite jambe’ n’est pas le haut (la cuisse) de la jambe mais le bas, le jarret (le mollet, chez les humains), voire carrément la cheville de la patte (pardon, de la…jambe!) chez le cheval…A l’origine, on disait d’ailleurs la gambe, ce qui éclaire immédiatement la position d’entre-mollets de la ‘viole de gambe’ (et non pas d’entre-cuisses, ce qui coincerait tout mouvement). Signalons au passage que cette gambe fera des petits célèbres, depuis les ‘gambettes’ de Mistinguett jusqu’au patronyme de l’homme politique le plus aérien (*) de la IIIème République, le cadurcien Léon…Gambetta (si ça se trouve, il avait de grosses cuisses mais pas de petites jambes).

Tout ça à cause du mot grec ‘kampê’, qui définissait très précisément…le point du stade autour duquel devait virer les chars pendant la course! D’où l’idée de courbure ou de sinuosité, donc de forme flexible, et donc d’articulation (du coude, du genou, ou de la cheville, chez les humains). Beaucoup plus tard, après divers glissements de sens pendant la Chute de l’Empire Romain, on ne garda plus que la notion du mouvement articulaire, et plus particulièrement celui indispensable à la locomotion, la jonction pied-mollet, devenue une jambe qui n’a jamais été toute la longueur du membre inférieur mais seulement le ‘bas’.

Enjambons les siècles pour rappeler les deux dérivés les plus connus de notre jambe, ou plutôt du jambon: la petite-petite jambe (double diminutif) qu’on appellera jambonneau (le jeu de mots préféré des Bonnot qui prénomment leur fils Jean; franchement pas des Bonnot beaux). Et puis enfin le tout petit-dernier, qui n’apparut qu’à l’entrée du 20ème siècle, l’entre-jambes (comment faisait-on avant?).

Mais il y a parfois des homonymes en étymologie, et nombreux sont ceux qui pensent que les Jambon peuvent également (selon les régions) être une variante ‘mouillée’ (le son ‘j’) du très sec Chambon, nom de lieux et de rivières très fréquent en Wallonie du sud (la France)…Lequel découle -forcément- d’un terme celte puis gaulois qui est ‘cambo’ (le village préféré d’Edmond Rostand, en Pays Basque).

Surprise: un ‘cambo’ désignait également…une courbe, une sinuosité, mais cette fois sans mécanique car il s’agissait de l’ondulation d’un cours d’eau dans le paysage, aucun rapport avec les boyaux (enfin…). Sauf que, là encore, il y a eu une dérivation de sens, puisqu’on est passé de la forme du virage que faisait l’eau à la rive elle-même, donc à la nature du terrain (humide) des berges, souvent une terre sablonneuse. Sur laquelle on construira, en Pays de Loire, un château qui porte le nom de…Chambord, dont les escaliers ne manquent pas de volutes. Y compris étymologiquement.

NB: en réalité, comme me le font remarquer de fidèles et attentifs lecteurs flamingants, la prononciation complète devrait être ‘yann-bonne’. Mais je ne suis pas sûr que ça arrange tant que ça les choses en français…

(¨) En 1870, il s’est ‘échappé’ de Paris assiégé par les Prussiens en s’envolant en ballon depuis la Butte Montmartre.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>