Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Mas (Jean-Claude)

Mas (J.Claude)

Malgré les apparences et la coïncidence de l’expression, le sieur Jean-Claude Mas, dont les thèses sur les prothèses semblent bien contestables, risque un jour de dormir ‘en cabane’, et ce n’est pas un hasard, en tous cas étymologiquement. Un ami hispanisant me faisait remarquer l’autre jour, après avoir vu quelques déclarations effrontées du monsieur à une chaine de télévision, que ce patronyme devait avoir une signification espagnole, car, disait-il, «ce mec est…trop!», jeu de mots en forme de clin d’oeil sur l’adverbe espagnol ‘mas’.

Evidemment, la traduction littérale n’a rien à faire ici, mais la réaction de cet ami prouve à quel point on est spontanément porté à rapprocher des mots entre eux, surtout s’ils ont une orthographe identique, avant même de se demander si la démarche a un sens…Car le mot est on ne peut plus français, et même ancien-français, puisqu’il faut le rapprocher du «mas provençal», au sens de grande maison, et même plutôt propriété agricole, et ce, dès le 13è siècle.

L’histoire commence avec les romains, qui utilisent un verbe qui est ‘manere’ (oui, avec un ‘n’), qui signifie rester, demeurer; ce sens même qui fera en français une…demeure, c’est à dire précisément l’endroit où l’on reste, où l’on séjourne. Quelques siècles plus tard, le mot est entré dans le vocabulaire français classique, en se ‘séparant’ en deux: l’un des termes va qualifier la maison du maitre, le man-oir; l’autre désignera celle de l’ouvrier (agricole) ou du métayer, la ‘mansion’, qui deviendra mai-son. Entre les deux (ou les trois) reste la racine la plus simple qui est donc mas.

Avec une racine si courte (et pratique), que peut-on faire? La conjuguer bien sûr, c’est-à-dire la composer avec d’autres mots, ce qui va permettre de baptiser la famille de ceux qui habitent (dans) ou qui viennent..du-mas, comme Alexandre, romancier picard qui n’a jamais mis les pieds en Béarn; ou comme Roland, homme politique limougeot spécialisé dans les bateaux militaires en Extrême-Orient. Au lieu d’utiliser l’article contracté ‘du’, on peut le conserver en version occitane (del), et l’on arrive donc à Delmas, premier ministre et résistant dont le pseudo avait déjà un rapport avec une…cabane (Chaban vient de chabanne, version langue d’oïl de cabanne / cabane).

Pour finir, on peut carrément garder la racine de cette ‘maison’ pour en faire une…mas-ure (comme Bruno), cabane en planches ou en pierres qui a rapidement eu la réputation d’être mal entretenue. En ce qui concerne notre Jean-Claude, et à toutes fins utiles, on voit bien que son nom n’a pas de rapport non plus avec de la ‘masse’, si ce n’est celle des implants qu’il fabriquait. Voilà tout ce qu’on pouvait dire sur le sujet. Y nada mas!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>