Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Brasseur (Claude)

…quand la famille est de naissance parisienne depuis des générations….C’est pourtant le cas, sur l’un et l’autre plan, de l’acteur de cinéma, télévision et comédien de théâtre récemment disparu. Les Brasseur ont en effet quasiment tous une ascendance venue de l’Est (les bords du Rhin), hormis quelques provençaux concernés par…du savon ou des Normands producteurs de cidre (1).  Prenons donc le sujet à bras le corps; sauf étymologiquement!

Personne ne saurait mettre en doute que ‘brasseur’ soit bien le nom de métier, celui qui consiste à surveiller une suite d’opérations complexes qui vont conduire à la fermentation du (ou des) malt(s). Ne sachant pas toujours ce qui se passe exactement au fond des cuves, on a cru pendant longtemps que le terme avait gratifié un homme chargé de…brasser les différents composants de la boisson sachant se faire mousser, un peu comme un boulanger -très ancien- pouvait malaxer sa pâte avant cuisson.

Or, s’il y a bien des opérations de mélange pour fabriquer la bière, on imagine mal un ‘brasseur’ proprement en train de remuer les bras penché au-dessus de sa cuve, les autres stades étant plutôt du concassage (au début) et de la fermentation (à la fin). C’est que, contrairement au brassier (l’ouvrier qui n’a que ses…mains pour travailler) ou au brassel (2) (celui prend des mesures en étendant les bras), ce mot n’a rien à voir avec les bras mais avec les ‘braces’.

Il s’agit d’un mot de ‘bas-latin’ (= après JC), probablement déjà…brassé avec du gaulois, et qui désignait du blé blanc, ou de l’épeautre, ou peut-être encore d’autres types de céréales approchants, comme l’orge par exemple (3). Manque de chance, même en latin, ce terme a déjà un homonyme exact qui désigne le futur top des ventes de mode dans le village, celui qui se transformera cette fois en ‘braies’ en français, le pantalon de trois-quart à la Gauloise justement.

Petite digression sur ces ‘braces/braies’ pantalonesques: en Germanie, la racine va prendre la coloration locale sous la forme ‘brago’, une ouverture que nos envahisseurs préférés nous apporteront dans les premiers siècles pour faire le mot…braguette! D’une certaine façon, on peut donc dire que les Brasseur, outre leur activité professionnelle, sont également bien culottés. 

Mais revenons à notre Claude, pour noter au passage qu’en ce qui concerne le lieu de…la mise en bière, une brasserie désigne aussi bien l’usine de fabrication que le lieu de la consommation au comptoir, là où, après quelques verres, on peut se mettre à chanter du…Brassens, encore un homonyme qui n’a rien à voir avec l’Alsace mais plutôt les Landes, d’après un nom de famille romain (4).

D’autant que toute cette histoire de brasseurs n’est finalement qu’un faux-col, puisque le véritable nom d’état-civil de Pierre (le père) était Espinasse, mot typiquement occitan, répandu de l’Auvergne au Pays Basque en passant par les Pyrénées-Orientales pour désigner un ‘lieu à e(s)pines’, autrement dit un terrain encombré d’arbustes piquants et généralement inutiles. Au milieu d’un bouquet d’autres dérivés, il y a un célèbre ‘Espinoza’ du répertoire portugais qui donnera son nom au philosophe (émigré) néerlandais Baruch (plus de doute)…Spinoza. Un rôle que n’a pourtant pas joué le désormais immortel Vidocq!

1. Qu’on appelle plutôt les Pom(m)é.

2. En tant que patronyme, on trouve aussi l’orthographe Bracel et son diminutif…Bracelet (qui n’est donc pas bijoutier). 

3. Comme pour un certain nombre d’autres sujets, la nomenclature botanique (ou animale) n’est pas encore très précise à cette époque, parce que non encore connue, mal définie ou différente selon les régions.

4. Voir l’article consacré à Georges, forcément en archives.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.