Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Coquatrix (Paulette)

Coquatrix

Petit trou d’air dans l’actualité, en tous cas heureuse et non encore présente dans ces colonnes (plus de 1730 articles à votre disposition à ce jour). Je ne vais pas prendre de votre temps en analysant Bellemare (Pierre) sauf pour mémoire de l’animateur, mais peut-être n’a-t-on pas assez parlé de la disparition d’une Paulette qui a fermé ses paupiettes récemment; l’ex-costumière de théâtre et créatrice de costumes pour le spectacle (nuance) a accompagné la destinée du music-hall l’Olympia en portant le nom de son célèbre mari Bruno.

L’une et l’autre ont fait connaitre un patronyme relativement rare dont la racine vient bien, tout simplement, d’une histoire de coq! Coq-atrix, dont la forme latine possédait une orthographe d’ancien-français en ‘coquatrice’, partage en effet les mêmes plumes que les Coq ou Lecoq évidemment, pour les noms les plus courants; mais aussi les ‘petit-coq’, logiquement appelés Coqueteau ou…Cocteau en abrégé, sans parler, entre autres, des Coquard, comme l’un des cyclistes participant aux derniers Tours de France.

Il y a donc forcément dans ces archives l’explication exhaustive de l’origine des Coq et associés (*). Comme vous allez vous jeter tout de suite sur cette première chronique à la fin de ces lignes (c’est vraiment indispensable pour tout savoir sur les différents coquards!), notre sujet va être un peu plus court que d’habitude puisque ne nous reste qu’une histoire monstrueuse, plutôt une histoire de monstre.

Totalement ahurissante mais régulièrement présente dans les traditions et légendes depuis le…12ème siècle, la coquatrix, ou plus exactement «l’oeuf coquatrix», avait très mauvaise réputation: tout d’abord pondu par un coq (ça commence mal), puis couvé par un crapaud ou par un serpent (!), il donnait naissance à un être hybride équipé d’une tête de coq, des ailes de chauve-souris et un corps de serpent, ce qui résume assez bien tous les fantasmes tératologiques de nos ancêtres.

On ne sait pas vraiment ce qui justifie cette frayeur, probablement symbolique des peurs de malformations génétiques possibles sur Terre; ce qui est sûr, c’est qu’on retrouve les mêmes descriptions dans toute l’Europe à la même époque, exactement comme les Méditerranéens avaient leurs Minotaure, Sirènes, Méduse et autre Cerbère d’inspiration grecque, tous plus ou moins composés de parties vivantes alternativement humaines ou animales et assez inattendues.

Toujours est-il que Bruno et Paulette n’ont accueilli de monstres que ceux de la chanson sur scène, dans une salle souvent pleine comme un oeuf. De quoi faire largement cocorico, comme vous allez le découvrir en sautant sur la dernière ligne ci-dessous.

(*) taper le mot dans le champ de recherche en haut de cette page pour lire toute l’histoire. Ou bien, si vous êtes pressés…

http://www.etymo-logique.com/le-mot-du-jour/personnalites/coquard-bryan/


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>