Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Dujardin (Jean)

Dujardin

L’homme du jour (et, peut-être des semaines à venir) s’appelle sans aucun doute Jean Dujardin. Il est normal de jeter quelques fleurs à ce jardin-là qui vient de recevoir l’une des récompenses cinématographiques du film « The Artist ». Et, comme dirait l’auteur préféré du secrétaire d’Etat Frédéric Lefebvre (Voltaire de Zadig), «il faut cultiver notre (du)jardin», morale affichée -mais pas forcément pratiquée- par un autre personnage voltairien, un certain Candide.

Comme vous vous en doutez, on ne peut pas faire plus simple ni plus bel exemple de toponyme que ce Dujardin. Il s’agit en effet du surnom d’un ancêtre lointain, lequel avait pour caractéristique (qualité, originalité, privilège?) de posséder un jardin, ou peut-être simplement qui habitait près d’un jardin. En effet, il y a quelques siècles, pas question d’entretenir devant sa maison quelques allées en gravier bordées d’hortensias ou de pensées. Ce jardin était bien plus souvent ce que nous appelons aujourd’hui un potager, avantage autrement plus intéressant que quelques plates-bandes multicolores.

On va donc trouver des Dujardin, des Jardin (comme l’auteur Pascal), des Jardinet ou Jardinot (les fils du précédent), et même des Jardinier, dont la fonction n’a pas besoin d’explication. Cà, c’était la première récolte; il faut également prendre en compte la…racine normande et picarde de ‘jardin’, laquelle se rapproche du terme anglo-saxon ‘garden’. Il existe donc des Gardin, mais plus souvent des Gardinié ou Gardinier, qui viennent de la même graine. Et ce n’est pas fini…

Car si l’on remonte au mot latin correspondant, qui est ‘hortis’, vous pensez aussitôt à tout ce qui a un rapport avec les jardins, l’horticulture, l’horticulteur, ou la science horticole. Le passage du latin au vieux-français va faire ‘sauter’ le ‘h’ initial, et on va créer des Ortal ou des Ortial, particulièrement présents dans le sud-ouest, et attestés par le mot occitan qui signifie jardin, l’ort. Dans le Grand-Sud, on trouve aussi des Ortola, des Ortoli et des…Ortolan, qui partagent la même étymologie avec le petit oiseau (interdit de chasse ou de capture, théoriquement) ainsi baptisé parce qu’il fréquente particulièrement les…jardins!

En revanche, aucun rapport avec les Ortis ou Ortiz, qui viennent du latin ‘fortis’ (fort), avec, cette fois, la chute du ‘f’ initial; pas plus que la ville d’Orthez, dont le nom viendrait d’un mélange de celte et d’ancien-français signifiant ‘la forêt tordue’ (sinueuse, on suppose…).

Dernier avatar du jardin, encore hérité du latin mais avec un autre mot qui évolue cette fois en ‘jardin clos’, en petit enclos (le futur jardinet fleuri), il s’agit de ‘cohortile’ (co-hortile, littéralement: ce qui est à côté du potager). Après contraction, ce mot composé va donner les patronymes Courtial (co-hortial), Courtiol, Courtier (!), Courtis et aussi Courty. Ce sont tous ces termes qui vont conduire progressivement du sens de ‘enclos jardiné’ à celui d’enclos pour les animaux’, puis de surface ‘enclose’ par des bâtiments, donc…la cour.

La cour (des animaux), espace extérieur situé devant la maison, va prendre sa lettre de noblesse majuscule quand elle sera chargée de regrouper les…courtisans devant le château en attendant l’audience royale. Voilà qui donnerait de bonnes raisons à l’Académie du Cinéma américaine de continuer à courtiser notre Dujardin!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>