Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Duquesne (Benoit)

Duquesne

La disparition brutale du journaliste de France 2 a laissé perplexes un certain nombre de lecteurs de ce blog et suscité quelques questions sur l’étymologie de ce patronyme. L’actualité -même funeste- étant une raison comme une autre d’attirer l’attention et peut-être de rendre hommage à une personne, voici quelques éléments qui vont vous montrer à quel point cet homme avait de la branche.

Pour ceux qui ne l’auraient pas encore deviné, Duquesne illustre parfaitement deux phénomènes linguistiques fréquents en ‘onomastique’ (la science des noms): d’une part, l’agglutination (le rapprochement) d’une racine avec l’article qui la précède; d’autre part, l’alternance ordinaire des sons ‘qu-’ et ‘ch-’ selon que vous vous trouvez dans la zone nord (d’oïl), centre, ou sud (d’oc) de l’ancienne France. Ici, on a très clairement le surnom d’un ancêtre qui habitait près de ou possédait un ‘quesne’; c’était donc l’homme ‘du-quesne’, comme il y a celui du-pont, du-mont, du-bois ou…du-fresne, puisque le ‘quesne’ en question est bien l’orthographe nordiste du ‘chêne’ méridional, tout simplement.

A l’origine, il y a un mot latin tardif (très influencé par le gaulois) qui est ‘cassanus’. C’est ce qui va donner le chêne français, puis tous les noms possiblement raccordés à la présence de cet arbre quelque part dans la propriété ou dans la zone d’habitat de la personne. D’où, forcément, toute une forêt de Chêne (comme le journaliste Patrick), Chesnay (comme l’acteur Patrick), Chénier (comme le poète et révolutionnaire André), et même les Chesnel (comme Bordeau, les Jacob-Delafon de la rillette (1). En plus de la version simple, vient alors se rajouter un article de provenance (de, de la, du ou des, selon les mots), ce qui fera pousser les Duchêne, Duchenne, Duchesnay (patineurs canadiens) et autres Duchesnoy, le suffixe -ay ou -oy indiquant d’ailleurs, pour ces deux derniers, un bois de chênes ou une abondance particulière de chênes sur une surface donnée. Voilà pour quelques exemples, parmi beaucoup d’autres variantes, de la récupération de ce son ‘-ch’ dans les parlers du centre et du sud du pays (2).

Dans les régions du Nord, de la Picardie et de la Normandie, c’est la prononciation gutturale et plus ‘sèche’ qui va s’imposer, donnant ainsi les Duquesne, Duquêne, Duquenne (comme l’actrice belge Emilie), et donc aussi les Duquesnoy ou Duquénoy. En faisant varier l’article, on pense alors forcément à ceux pour qui la vie n’est pas un long fleuve tranquille, les Lequesnoy, ou, en version simple, les Quesnoy et donc Quesne; lequel a un diminutif (le petit-chêne/quesne) qui est Queneau (comme l’écrivain Raymond).

Notez que la racine du ‘cassanus’ gallo-romain est également présente ‘telle quelle’ dans tous les noms méridionaux comme Cassan, Casse, Cassou, Cassagne ou Cassignol, et donc Delcasse, Ducasse, mais aussi Chassan(g), Chassain(g) ou Chassagne; mais pas Castaing: ne confondez pas le chêne et le châtaignier! D’autant que le ‘véritable’ mot en latin classique était en fait l’adjectif…’robur’, qui signifie dur, résistant, et qui donnera évidemment le français ‘robuste’, caractéristique principale de cet arbre centenaire et indéracinable, sauf, parait-il, face à un roseau. Toujours est-il que ce ‘robur’ va se retrouver quelques siècles plus tard dans la langue médiévale sous la forme *rovur, puis *rouvur, et enfin Rouvroy et autre Rouvray, moins fréquents mais tout aussi caractéristiques d’un endroit à chênes. Voilà de quoi enraciner pour longtemps la mémoire de Benoit.

(1) Il s’agit de deux noms de charcutiers sarthois associés (en 1922!), Marie-Louise Chesnel et Jules Bordeau (donc rien à voir avec la capitale girondine)…
(2) De la même façon, comparez Chaban et Cabannes, Chazal et Cazal, Charpentier et Carpenteyre, etc..


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>