Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Farandou (Jean-Pierre)

Farandou

Lourde charge pour le futur impétrant (*) au poste de Président de la SNCF (je résume la carte de visite), et pas seulement sous le poids de la fonction et de ses responsabilités mais aussi celui de la succession du très charismatique (et quasi-insubmersible) Guillaume Pepy (*). A compter de 2020, l’ex-ancien chef de gare (!) va donc devoir assurer l’avenir du ‘rail français’ et faire preuve d’audace et de sérénité. Cela tombe bien il s’appelle Farandou.

On ne sait pas grand-chose (pardon, je ne…) de l’origine géographique de la souche familiale, et les différentes sources le gratifient d’une naissance certes girondine, mais parfois à Talence (banlieue universitaire au sud-ouest de Bordeaux) ou à Bacalan (vous êtes censés savoir que c’est un quartier nord de cette même ville, à l’époque peu attractif). Bref, en termes ferroviaires, cela revient à vous faire prendre un ticket pour Montparnasse avec arrivée Gare du Nord (au mieux; ou un avion pour Orly avec atterrissage à Roissy).

Quoi qu’il en soit, ce patronyme est un nom d’influence occitane mais de provenance…germanique. En clair, sa forme actuelle est probablement un diminutif (le ‘-ou’ final), fixé par ailleurs sur une version abrégée de Farrand, qui vient lui-même de deux racines du nord de l’Europe, ‘frid’ (la paix) et ‘nand’ (l’audace).

Ce qui, immédiatement, nous donne l’assemblage ‘fridnand’, devenu le surnom Fredinand avant le Moyen-Age; or, au fil des siècles et des habitudes de prononciation selon les peuples et les régions, il va se passer un phénomène de ‘métathèse’, d’inversion d’un son, qui va le faire passer à…Ferdinand, puis écourté en Fernand et enfin éventuellement Ferrand ou Far(r)rand puis Farandou (généralement, le fils de Farand)!

Ce qui nous met dans la même famille -au moins linguistique, et dans l’ordre de transformation des racines- les Fernando(u), Fernandez (ou -es), Ferrandez, Ferrandi, Ferrando et autres Ferrandou, selon que vous veniez du Portugal, d’Espagne, d’Italie ou du sud de la France (principalement la Provence). Malgré une proximité tentante mais un peu facile, tous ces gens n’ont donc pas toujours de rapport avec les Ferrand (maréchal) et tout ce qui touche le fer. D’ailleurs, certains iraient bien jusqu’à oublier le métier de la forge pour en faire le surnom de personnes ayant (eu) les ‘cheveux couleur du fer’, autrement dit gris, au détriment des…Gris, Grisel ou Grison.

Certes, notre homme aura probablement l’occasion de se faire quelques cheveux blancs dans l’exercice de sa mission, mais, quelle que soit l’interprétation de son patronyme, il renferme deux idées qui lui permettront peut-être d’être l’homme de fer qui gardera l’entreprise nationale sur les rails. Y compris étymologiquement!

(*) voir l’article respectif en archive


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>