Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Hastier (Dana)

Hastier

‘Hasta la vista, Julien’ a-t-elle dit au célèbre (et de moins en moins discret) animateur de France 3, Julien Lepers. Vous ne la connaissez peut-être pas (encore), mais c’est la directrice des programmes de la chaine qui est en charge d’un certain rajeunissement des têtes. Devant le tollé provoqué par cette annonce (les français veulent du changement, mais ne veulent pas que ça bouge!), on ne peut que se tourner vers l’étymologie de son nom. Une fois de plus, étrange coïncidence…

Hastier est un nom de métier, et pour une fois, la terminaison -ier (comme charcutier ou pâtissier) est un hasard, ou plutôt un vestige de son ancienne forme dans les régions de l’Est (Belgique, Luxembourg, Lorraine) soit hastir ou hastière. Tout cela grâce à (ou à cause d’)un outil qui a donné son nom à celui qui le manipulait: en vieux-français, la ‘haste’ désignait une broche à rôtir, ou tout autre support qui pouvait servir à cuire ou mijoter un morceau (ficelle, crochet, etc). Cette haste pouvait donc être horizontale ou verticale, selon ce que (ou qui?) l’on voulait embrocher sa proie dans les (grandes) longueurs…

Néanmoins, pas de méchoui de départ pour l’animateur aux yeux bleus et…ex-candidat du RPR aux élections législatives de 1981 (sans doute ‘pour le plaisir’), lui-même n’échappant pas à son destin linguistique: en effet, si l’on y regarde de plus près (forcément), les Lepers (le-pers) ne sont pas pervers mais pers, autrement dit aux yeux bleu-clair. L’explication n’est pas garantie mais on n’en trouve pas d’autre: les premiers (adjectifs) ‘pers’ sont apparus dans des écrits de la fin du 11ème siècle pour désigner des objets (des tissus essentiellement, puis de la mosaïque!) aux couleurs chatoyantes et venant de…Perse.

On peut donc considérer que les Lepers ont des yeux persans (et perçants, si vous voulez, mais rien à voir), le sens multicolore du mot s’étant rapidement restreint à une couleur bleu pâle, tellement pâle d’ailleurs qu’à l’époque classique française (17ème siècle), on l’utilisait pour désigner quelqu’un au teint particulièrement…livide. Il n’y a qu’à regarder la tête du Julien, ici ou là. C’est vrai que passer à la rôtissoire, il y a plus agréable…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>