Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Hugo (Victor)

Hugo

C’est le moustachu le plus haï de l’actualité: en cause, l’un des sujets du baccalauréat portant sur un commentaire de son poème « Crépuscule », extrait du recueil des « Contemplations ». Pour mémoire (éventuellement), vous allez trouver les vers concernés en fin de chronique (1), bien que l’un des passages les plus connus de ce recueil soit l’hommage à sa fille décédée (« Demain, dès l’aube… »). Or, la polémique de ce 19 juin 2014 qui déferle sur les réseaux sociaux s’en prend directement à notre pauvre Victor:  » Hugo, enfoiré’ », « Si je te croise en ville, je te casse’, et autres invectives courageuses derrière un pseudo boutonneux. Juste un ou deux « étudiants » pour dire que ‘ce mec est déjà mort » (1856, une paille!), ce que semblent complètement ignorer les futurs (hélas) bacheliers. Si Victor était encore vivant, aurait-il twitté en retour? Sans doute, pour répondre avec un peu d’intelligence à ces incultes, car Hugo est un homme intelligent. Y compris étymologiquement.

La remarque ne s’applique pas aux capacités intellectuelles -évidemment indéniables- de l’auteur de romans, pièces de théâtre, poésies, et autres lettres, épitaphes ou articles de presse engagés. La coïncidence veut en effet que le patronyme Hugo soit issu d’une racine germanique qui est ‘huc’. L’étymologie étant toujours fidèle à la phonétique, on trouve ce son sous différentes formes au cours des siècles: hucq, uc, ou encore hug, en rajoutant un phénomène plus guttural; c’est cette dernière syllabe qui va se stabiliser dans ce qui deviendra la grande région Est de la France (à l’époque, Germanie), et donner de nombreux dérivés qui font tous allusion au même sens: l’intelligence! En effet (pour autant qu’on soit sûr de la déduction), le mot qualifie chez les Germains «l’intelligence brute», la clairvoyance spontanée, qui tient souvent du réflexe. A la différence de la racine «ragin» (qui donnera reynard, puis renard), qui représente l’intelligence raisonnée, l’astuce, voire la roublardise.

De fait, on ne peut qu’être saisi par le rapport entre le sens originel du mot et les qualités de création littéraire ‘lourde’ de l’écrivain, sans compter qu’il se prénomme précisément Victor, c’est à dire le vainqueur, en latin. Voilà qui vous prédestine sans doute à devenir un génie…Et puisqu’on parle prénom, il faut évidemment mentionner celui qui a été directement formé sur ‘hug’, à savoir Hugues bien sûr (dans un premier temps, sans ‘h’, mais cela ne change rien), ou même son diminutif, le petit Hugues, qu’on appellera Hugolin (et Ugolin) dans certaines…provinces (autrement dit Provence-s).

Restons encore dans les prénoms, pour mentionner le Hugues le plus célèbre (et qui a probablement été à l’origine de la notoriété du prénom pour quelques siècles), à savoir un certain Hugues Capet, fondateur au 10è siècle de la dynastie royale qui portera son nom. En fait, ‘Capet’ illustre bien le cheminement de l’étymologie, puisque ce terme n’a rien d’un ‘nom propre’, et, ultime paradoxe, n’a pas grand’chose non plus à voir la famille du bonhomme! Ce surnom lui a été donné seulement après sa mort, pour rappeler qu’il était (aussi) abbé de Tours, ville où se trouvait en relique un morceau de manteau (la cape) d’un de ses prédécesseurs, le ci-devant Saint-Martin, donc rien à voir « directement’ avec lui! Comme quoi, la signification d’Hugues Capet, cela nous donne quelque chose comme: ‘le type intelligent qui vient de la même ville que l’homme à la cape’.

Citons également quelques autres patronymes cette fois, qui font partie de la même famille (pas royale), comme les Hugon, Hugonin, Hugonneaud, Hugin, et autres Huguenet, parmi beaucoup d’autres. La version champenoise deviendra, elle, Husson, comme le ‘Rosier d’une certaine Mme H.’ dont on tirera à la fois une nouvelle littéraire (Guy de Maupassant) et un opéra (Benjamin Britten); sans oublier une forme de diminutif raccourci qui est Huet (comme Jacqueline, célèbre speakerine de la télévision française en noir & blanc).

On termine enfin avec une histoire suisse, puisqu’il s’agit du surnom que l’on donna aux partisans genevois de la religion réformée, opposés au Duc de Savoie (1530), et emmenés par un certain Hugues Besançon; on (sur)nommera donc ses fidèles les…huguenots. Finalement, le seul handicap de Mr Hugo, dont le nom paternel est de consonance -et provenance- espagnole, c’est peut-être celui de sa mère, née Trébuchet, un nom en rapport avec le ‘trébuc’, qui désignait en ancien-français un piège, ou un obstacle sur lequel…trébucher, évidemment. Manifestement, l’auteur des Misérables avait tout pour faire chuter les candidats de ce début du 21ème siècle.

(1) Voici le poème incriminé. Dans le tweet d’un lycéen, on a trouvé le commentaire suivant: ‘Trop dur! Fallait un dictionnaire pour comprendre chaque mot’ (sic).Bon, on peut ne pas savoir ce qu’est une javelle (et vous?), mais pour le reste, jugez par vous-même.

L’étang mystérieux, suaire aux blanches moires,
Frisonne ; au fond du bois la clairière apparaît ;
Les arbres sont profonds et les branches sont noires ;
Avez-vous vu Vénus à travers la forêt ?

Avez-vous vu Vénus au sommet des collines ?
Vous qui passez dans l’ombre, êtes-vous des amants ?
Les sentiers bruns sont pleins de blanches mousselines;
L’herbe s’éveille et parle aux sépulcres dormants.

Que dit-il, le brin d’herbe ? et que répond la tombe ?
Aimez, vous qui vivez ! on a froid sous les ifs.
Lèvre, cherche la bouche ! aimez-vous ! la nuit tombe ;
Soyez heureux pendant que nous sommes pensifs.

Dieu veut qu’on ait aimé. Vivez ! faites envie,
O couples qui passez sous le vert coudrier.
Tout ce que dans la tombe, en sortant de la vie,
On emporta d’amour, on l’emploie à prier.

Les mortes d’aujourd’hui furent jadis les belles.
Le ver luisant dans l’ombre erre avec son flambeau.
Le vent fait tressaillir, au milieu des javelles,
Le brin d’herbe, et Dieu fait tressaillir le tombeau.

La forme d’un toit noir dessine une chaumière ;
On entend dans les prés le pas lourd du faucheur ;
L’étoile aux cieux, ainsi qu’une fleur de lumière,
Ouvre et fait rayonner sa splendide fraîcheur.

Aimez-vous ! c’est le mois où les fraises sont mûres.
L’ange du soir rêveur, qui flotte dans les vents,
Mêle, en les emportant sur ses ailes obscures,
Les prières des morts aux baisers des vivants.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Un commentaire au sujet de Hugo (Victor)

  1. beau texte sur Victor Hugo! j’aime aussi celle de Boris Vian. Mais quelle catastrophe ces bacheliers qui ignorent Hugo; pauvre France!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>