Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Joulaud (Marc)

Joulaud

C’est l’homme qu’on aura entendu le plus tard à l’occasion de ce ‘Pénélope gate’ pas très original (désormais quasiment plus personne ne se souvient de la première ‘affaire’ pour laquelle on a inventé le nom). Il s’agit de l’ex- suppléant de François Fillon à l’Assemblée Nationale, et donc le supposé second employeur de Lady Pénélope; Joulaud, un nom dont on pourrait s’amuser à croire qu’il concerne des ‘Julots’, avec toutes les connotations qu’on a pu donner à ce surnom. Eh bien…c’est tout à fait ça!

Enfin, vous allez voir, c’est tout sauf étymologique car, si les Joulaud (version Ouest-Atlantique/Centre Bretagne*), Joullain, Joulion, Jouliard et certains Jouliet (tous écrits avec un ou deux L, c’est pareil) ont bien un lien étymologique avec les Jules, ce n’est sûrement pas avec le sens qu’on leur a donné au début du 19ème siècle (le surnom favori des ‘vrais mecs à poigne’, donc les souteneurs (**), mais bien celui qui prend racine(s) chez les Julien, Jules ou Julius de l’époque romaine, via quelques saints…auvergnats inscrits au catalogue des martyrs dans les premiers siècles après JC.

De Julius, on connait surtout le vainqueur de Vercingétorix, pour lequel le mot est un nom de famille ou plutôt de ‘lignée’ conformément à la tradition latine; Caesar-César étant alors son titre de fonction, il ne lui reste plus que son petit-nom de Caïus pour se (le) distinguer…Quant aux Jules (comme Verne), leur notoriété vient essentiellement de la bénédiction du punching-ball préféré de Michel-Ange, le pape Jules II. Mais quelle est la toute première racine de ce ‘julius’ initial?

La plupart des linguistes en font une francisation de l’adjectif latin ‘jovilis’, soit le sens de ‘qui appartient à (sous-entendu: à la descendance de)…Jupiter’ (carrément), ce que les nobles familles en vue à Rome ont tôt fait de récupérer pour s’adjuger une prétendue filiation divine dont ont bénéficié tous les ‘Ivlivs’ à venir. Petit rappel: les Latins n’avaient pas notre lettre U -ou plutôt ils ne l’écrivaient pas ainsi- d’où cette notation avec des ‘v’.

Idem pour les lettres ‘i’ et ‘j’, ce qui explique que notre langue, qui a adopté la notation de la consonne, a pu également fabriquer le mot qui exprime la colère de Jupiter, c’est-à-dire…jovial (soit le contre-sens complet de celui qu’on lui donne actuellement, ‘jovial’ étant censé, à l’origine, représenter le bruit des éclairs lancés par le roi des Dieux, et non l’allure souriante du visage de votre voisin!). A preuve: les Anglais, eux, ont conservé la forme initiale du mot, et «Par Jupiter!» se dit bien «By Jove!»

D’autres chercheurs, plus réalistes peut-être, préfèrent voir dans le jules la syllabe latine ‘jus’ (rien à voir avec le nectar de fruit), laquelle signifie le droit (la loi) et a donné naissance à tout le répertoire des termes en rapport avec l’action…ju-ridique, la jus-tice, les ju-rés, etc. Même si ce ne sont pas les meilleurs avocats des Jules, leur analyse peut être acceptable.

En tous cas, n’oublions pas dans la famille des Joulaud le tout-premier (et plus simple) patronyme, les Joule, que rendra célèbre un physicien anglais du nom de James Prescott J. (1818-1889), qui fut le premier à quantifier et donc définir l’unité de chaleur produite par un travail et qui porte son nom, désormais ‘commun’…Un travail intense au sujet du droit et des règles de la loi, cela tomberait bien pour notre Roméo (de Jouliette), non? Y compris étymologiquement!

(*) indice éventuel: Marc est né à Mayenne.

(**) il y a pire: au milieu de ce 19ème siècle, le ‘jules’ désigne aussi, par ironie sexiste, le pot de chambre…


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>