Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Lamoureux (Robert)

Lamoureux

A quelques jours d’intervalle disparaissent deux amoureux aimés des amateurs: on ne peut pas dire mieux pour parler de Jean Amadou (1) et de Robert Lamoureux. De façon évidente, l’un et l’autre ont un rapport avec l’amour, l’amour donné ou l’amour reçu; or, le patronyme de l’humoriste-auteur-comédien-acteur-réalisateur (la série de la « 7è compagnie », c’est lui), n’a peut-être pas le sens qu’on lui donne a-priori. Voici pourquoi.

Robert est né et mort à Paris, ce qui ne nous oriente pas beaucoup sur la souche géographique de la famille. Les Lamoureux sont en fait originaires de la région Centre (Allier, Indre & Loire principalement), depuis la fin du Moyen-Age, époque de ‘fixation’ de beaucoup de patronymes français. Or, à l’époque, un l’amoureux, ce n’est pas celui dont le coeur bat pour une autre mais une personne ‘digne d’être aimée’, c’est à dire, comme pour Amadou, le sens exactement inverse de l’adjectif: en ancien-français, amoureux a un sens « passif »; alors qu’en français contemporain, la direction du sentiment s’est inversée pour prendre un sens actif. Et, avant de se restreindre au(x) sentiment(s) proprement amoureux, le mot concernait tout élan du coeur, même non passionnel, comme une simple amabilité de caractère, la bienveillance, ou la courtoisie. D’ailleurs, pendant longtemps, on a utilisé le même mot pour désigner amour et amitié.

Il y a quelques variantes à ce beau nom, qui vont pourtant nous mettre sur une piste tout à fait différente: s’il existe des Lamour (comme Jean-François, ex-champion olympique et néanmoins ministre de la République) de même sens que Lamoureux, on trouve aussi des Lamoure, Lamourette ou même Damourette, qui n’ont rien à voir avec une chanson de Lenny Escudero (2). En effet, les Lamoure, patronyme essentiellement limousin, décrivent un toponyme (un nom de lieu) où l’on trouvait beaucoup de « moures » (des mûres!). Il s’agit donc d’un endroit mûrier, qui a donné naissance à des L’Amourette ou Les Amourettes, parfois même à des Lamouroux et Lamourous, qui ne sont donc que des petites forêts ou des bords de rivière où pousse l’ »amora » ou l’ »amourèu » (en occitan). Ce mot peut aussi désigner les « mûriers domestiques », à savoir des framboisiers.

Voilà une étymologie qui tombe bien pour un auteur qui aimait bien ramener sa fraise, car les Lamoureux, comme aurait dit Johnny, c’est « l’amur, toujours l’amur »…

(1)Voir chronique précédente
(2)«Pour une amourette…» (1962)


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>