Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Lelouch (Claude)

Lelouch titre

Le prochain président de la cérémonie des César (*) sera donc un Homme (et pas une Femme), celui-là même qui reçut un Oscar dans sa carrière mais jamais la compression dite artistique du sculpteur français. L’itinéraire de l’enfant gâté du cinéma français passe largement -il l’a suffisamment dit et redit dans ses films- par des racines juives, dont Lelouch est un exemple parfait.

Rien à voir donc avec une histoire de loucherie (le comble, pour un cinéaste), qu’on a pu entendre régulièrement dans les cours d’école primaire.. Le-louch n’est pas celui qui louche, adjectif formé d’après le latin ‘luscius’, qui veut dire à l’époque…borgne, celui qui n’a qu’un oeil et non pas un strabisme!; pas plus (sait-on jamais) que celui qui travaille avec une louche, autre mot homonyme d’après du dialecte francique (autant dire germain) ‘lotja’, définition d’une cuillère en bois (cette fois, pas de quoi se mettre le manche dans l’oeil).

Ce Lelouch-ci vient d’une adaptation française de ‘el louch’, mot d’origine arabe qui désigne un animal précieux dans la culture moyen-orientale, un agneau. Comme pour d’autres espèces (les bovins, les insectes, les poissons, etc), les Anciens n’étaient pas très…à-cheval sur la classification des différentes familles, ils n’en connaissaient d’ailleurs pas beaucoup de variétés, d’où l’équivoque systématique entre agneau, mouton ou bélier, le principal étant que ce soit un ‘ovin’. La preuve: il n’y a aucune sonorité -et donc étymologie- communes entre ces quatre mots! Pourquoi?

L’agneau est plus ‘vieux’ (étymologiquement) que le mouton: il vient du latin décadent ‘agnelus’ (puis agnus), qui concernait, à Rome, des…pièces d’argent à l’effigie de la bête. Les traditions populaires, quelles qu’elles soient, ont gardé de cet agneau le symbole de la douceur et de la docilité, aussi bien pour le soyeux de son poil que son masochisme spontané pour aller se faire immoler sous le couteau du premier prophète venu. Il n’empêche, c’est bien ce qui a donné naissance à ce surnom d’el louch, faisant des Lelouch, des Lellouche et des Allouche réécrits à la française, des gens réputés gentils et conciliants, ou peut-être même tout simplement aux cheveux bouclés. Parlez-en à Claude…

Et le mouton? Il n’a pas beaucoup plus de chances, puisqu’il dérive d’une racine plus ‘récente’, que l’on retrouve en celte (gallois) aussi bien qu’en gaulois, qui est ‘mutt’, adjectif qui veut dire ‘châtré’. De ‘mutt’, on est passé à ‘mult’, puis ‘molt’, ‘mout’, et enfin mouton avec un suffixe peut-être…diminutif!

Quant au bélier, il a failli devenir chèvre puisqu’il n’a d’autre origine à son nom que le cri de son espèce, un ‘bêêê’ devenue onomatopée suffisante pour créer d’abord (au 14ème siècle seulement!) le verbe bêler, puis celui qui bêle. Heureusement, une bonne paire de cornes et un crâne solide lui ont valu un surplus de ‘virilité’ suffisant pour arriver à défoncer les portes des châteaux-forts ou celles de l’intolérance (‘la famille Bélier’).

C’est quand même le mouton latin qui aura le dernier mot, en regroupant sous son nom ‘d’ovis’ tout ce qui est ovin, terme de bergerie mais aussi…d’église, puisque, une fois restituée l’écriture du mot avec un ‘u’ (inconnu des Romains), on arrive à l’orthographe ‘ouin’, d’où sortiront les ‘ouailles’, autrement dit les brebis (vous voyez, on n’est pas au sexe près) du (bon) Pasteur, toutes prêtes aussi bien à traverser les Eaux de la Mer Rouge (la Bible) qu’à se jeter dans la mer en troupeau sous le doigt de Panurge (Rabelais).

Il faut signaler que certains érudits voient également dans Lelouch une déformation du mot kabyle ‘lulchat’, qui évoque un buisson (ardent?), peut-être également un dérivé du nom d’une tribu berbère, les Alalcha. D’où des Lelluch, Lelouz, Lalouz, etc…Dans tous les cas, on ne peut pas faire mieux pour confirmer la très ancienne provenance d’une racine qui concerne…les Uns et les Autres.

(*) sans ‘s’ puisque c’est un nom (qui reste) ‘propre’, tout comme les Oscar (davantage chahutés, en général), bien sûr…Ou bien sur, si vous préférez l’orthographe ‘moderne’; mais on ne sait pas sur quoi, du coup.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>