Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Wolinski (Georges)

Wolinski

La très anecdotique ‘erreur d’orthographe’ sur la plaque commémorative dévoilée par le chaf de l’Etat sur les locaux de Charlie Hebdo a donné du grain à moudre à tous les médias attentifs à la qualité de l’information (l’autre événement du jour était la barbe naissante du ministre de l’Economie, c’est dire!). L’affaire du ‘Y’ sur le nom du dessinateur décédé a failli prendre un air de scandale…Or, étymologiquement parlant, il n’y a strictement pas de quoi s’affoler, au contraire.

Les émois (bien compréhensibles) des familiers de Georges sont dus à notre actuelle exigence (et celle de l’Etat-Civil) de ne pas risquer de confondre une personne avec une autre. Combien de fois ai-je entendu des gens qui me consultaient protester d’une lettre finale qui faisait ‘qu’on n’a rien à voir avec les autres’, comme les Moreau, Moreaud, Moreaux, Mauro, etc…évidemment tous synonymes et de même origine.

Ici, la chose se complique un peu puisque -vous vous en seriez douté- la racine du mot est de provenance étrangère, en l’occurrence l’un différents parlers slaves, différencié vers le 12ème siècle en langue polonaise. La marque la plus évidente de cette localisation est le suffixe ‘-ski’, typique de l’Histoire profonde de cette région, qui a pourtant subi tant de passages ennemis et de possessions diverses. Cette terminaison caractéristique, avec les -cki ou les -icz, sert comme d’habitude à qualifier ou à personnifier la partie qui la précède: on a donc tout simplement affaire à un ‘wolin-ski’.

Tout comme les Moskow-ski, les Wolinski représentent un nom de provenance; moins connue sans doute que Warsaw (Varsovie) ou Moskow (Moscou*), il est question ici de la ville de Wolin, agglomération du nord-ouest de l’actuelle Pologne (la Poméranie occidentale). Il est prudent de dire ‘actuelle’, car, depuis sa création, la ville est passée par les dominations slave, danoise, suédoise et prussienne! ‘Wollin’ (orthographe allemande) ne fut rendue à son pays qu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale; autant dire que notre ‘homme de Wolin’ a bien du mérite d’avoir traversé toutes les influences pour rester -linguistiquement- intègre.

Petite remarque concernant cet odieux ‘Y’, que l’on ne sait pas encore attribuer à un pauvre homme peut-être tout simplement bon parisien, puisque cette lettre marque le plus souvent un locatif, un nom de lieu, comme en témoignent les centaines de communes déjà évoquées ici: de la Normandie (Ysign-y) à la Lorraine (Longw-y) en passant par tout le bassin parisien (Orly, Ivry, Champigny, Antony, et autres régions bien ‘françaises’), il n’est pas sûr que notre Georges n’ait pas apprécié cette belle marque d’intégration.

En résumé, pas de quoi sans doute s’offusquer ni se moquer à ce point, peut-être même au contraire. En tous cas, voilà qui met un peu les points sur les I…grecs.

(*) voir aussi l’article sur…Moscovici!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>