Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

prélat

prélat

A défaut d’actes de contrition, l’heure est actuellement à l’examen de conscience(s?) et aux opérations-déminage dans le diocèse de Lyon. Derrière un vicaire général qui fait office de porte-parole ou d’attaché de presse, sont concernés par les débats prêtres, évêques, archevêque (forcément) et plus si responsabilités. Et partout revient le terme générique de “prélat”, nom relativement commun, dont la sonorité ne manque pas de sérénité ni de “coolitude” comme aurait dit Ségolène. Et pourquoi donc? Parce que c’est une fonction idéale pour se…prélasser!

A l’origine de ce mot qui évoque le lézard au soleil, il y a une forme conjuguée du verbe latin ‘praeferre’, dont le participe passé est ‘praelatum’, qui vous semblera plus proche. Elle est composée de deux éléments, le préfixe ‘prae-’ qui signifie devant, en avant; et le verbe ‘ferre’ qui veut dire porter…Ce qui est ‘prélat(é)” concerne donc quelque chose ou quelqu’un qui se porte en avant, ou qui présente quelque chose devant lui (ou elle). Voilà qui tend évidemment la perche pour faire, dans le langage commun, le futur verbe français ‘préférer’, soit faire un choix en donnant la priorité à un sujet plutôt qu’un autre.

D’un point de vue très concret, le mot décrit très précisément une cohorte (civile ou armée) qui avance à la lueur de torches…portées à bout de bras. Il peut s’agir également d’un geste de présentation devant une divinité ou un supérieur auxquels on offre un cadeau ou un sacrifice (“agnus dei…”). Au sens figuré, est prélat celui qui manifeste des qualités morales (sic) ou une intelligence aigüe, bref qui se (?) met en avant pour des raisons intellectuelles.

Le sens religieux commence à se réveiller à la fin du 12ème siècle, après un court passage dans le langage militaire où il désigne celui qui est devant les autres, autrement dit un chef de section, le meneur d’une attaque (notez bien que plus le prélat monte en grade, moins il est en avant sur le terrain)…De là vient la dimension de ‘supérieur’, au sens littéral de celui qui est responsable d’une communauté devenue monastique. Donc n’est prélat que le Père supérieur, d’où souvent la notion associée de rang de noblesse dans une hiérarchie.

Malheureusement – ou plutôt devrais-je dire précisément ‘hélas’-, cette interjection, qui veut dire ‘malheureux’, va se contracter en ‘las’, et prendre le sens de fatigué à force de malheur, dont on trouve l’une des premières citations pour décrire la tristesse de Roland abandonné à Roncevaux! Et que fait-on pour se reposer et reprendre des forces? On se…prélasse, contre-sens qui a pris le relais de (se) dé-lasser, c’est-à-dire littéralement “défaire la fatigue.”

Je ne peux pas terminer sans mentionner l’un des sens (très) figurés utilisés chez les historiens romains, celui de ‘mettre en avant un certain comportement’, sous-entendu ‘en cachant des motivations en général coupables’. A prélat, prélat et demi; au moins étymologiquement!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Un commentaire au sujet de prélat

  1. Savoureux ! Je  » like  » :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>