Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Royal (Ségolène)

A l’occasion de tel ou tel surnom, il a déjà brièvement été question de ce patronyme dans quelques autres articles. L’actualité remet à la Une le caractère combattif de la dame qui, pour n’être pas de famille noble, n’en a pas moins été ministre et, en ces temps, ambassadrice. La question est qu’on la soupçonne d’avoir gelé quelques périodes de travail dans les glaces polaires dont elle est censée avoir mission de sauvegarde. Privilège royal? Pas du tout!

Vous savez sans doute que les Roy (on trouve très peu de Roi avec cette orthographe, en tous cas comme nom ‘de famille’), les Leroy ou Royal n’ont pas plus d’ascendance royale que les Lepape ne peuvent en avoir avec un souverain pontife (idem our les Leprêtre) ou les Lejuge avec un officier de justice. Tous ces noms ne sont -sauf exception- ‘que’ des surnoms autrefois accordés à de simples citoyens qui ‘se comportaient comme…’ ou dont le vêtement faisait penser à la fonction supposée.

Bien souvent donc, le Royal d’un village se retrouvait être le sobriquet qui désignait, par ironie ou euphémisme, le ‘moins royal’ du quartier, autant dire le plus pauvre. Pas question ici de ‘nom de dignité’, encore moins d’aristocratie reconnue mais peut-être également d’une personne qui avait un maintien ou un porte de tête…royal, une façon de marcher un peu rigide. Tout comme les Lepape cette fois, des gens sérieux (comme un…) voire légèrement orgueilleux; et les Leprêtre, des porteurs de blouses ou de longues chemises noires faisant penser à une soutane.

Il n’y a guère que dans le Nord de la France où ‘le roi’ a pu qualifier à la fin du Moyen-Age le vainqueur à un jeu de l’arc traditionnel, et plus tard (et à l’intérieur) un jeu de…fléchettes. Notez aussi que c’est dans le monde celte, qu’un ‘roy’ s’est le plus souvent transformé en synonyme de noble, spécialement en Irlande et en Ecosse. Quant à trouver du royal en français, il vaut mieux aller le chercher au Canada ou dans le Gers, et plutôt dans sa forme ancienne de ‘real’ (comme l’équipe dédiée à la tête couronnée espagnole) soit mont-réal (la colline, le pays possession du roi)…

Par contre, ne font pas partie de la famille les Royer (comme le réalisateur de documentaires Michel) ou les Le Royer (comme l’acteur…Michel, ex-François-Georges Leroyer). Alors, royaux cette fois? Pas davantage puisque, généralement de souche normande ou picarde, ce sont des descendants de ‘rouaillers’, des fabricants de roues, autrement dit des charrons…Et pas besoin non plus de courir jusqu’à Royan (Charente-Maritime) au sujet de laquelle quelques rumeurs de royauté ont autrefois couru, alors que rien dans l’Histoire locale ne le confirme; il faut peut-être remonter aux Gaulois pour trouver un ‘Roganus’ (‘Le Rougeoyant’!) Voire à un ‘Roius’ (?) romain pour justifier l’origine de la ville.

Autant se pencher un peu sur cette Ségolène (sieg-lind) de mode très récente (les années 1950) mais de facture germanique (6ème siècle), dont le premier élément évoque d’abord la victoire, comme le héros forcément vainqueur Siegfried (sieg-frid, comme friend en anglais: l’ami de la victoire); le second, plus moëlleux en bouche signifie précisément la douceur.

Mais si j’ai bien entendu le ton des réactions de Mme ‘l’ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles’ (heureusement, il n’y en a que deux, sinon quel boulot!), ce n’est peut-être pas tout à fait en douceur qu’elle souhaite faire fondre la polémique. Même étymologiquement.


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.