Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Sarkozy (Nicolas)

Sarkozy

Forcément, Sarkozy. Aucune mention de ce patronyme dans les archives de ce site depuis quatre ans, l’analyse étymologique du mot donnant lieu à trop de commentaires dont on aurait difficilement fait la part entre l’humour et la réalité linguistique. Il n’empêche: l’actualité la plus envahissante du moment (‘heureusement’, il y a une Coupe du Monde pour partager la Une des journaux) oblige à se pencher sur l’origine du nom de l’ex-président de la République désormais mis en examen. Et là, pas moyen de faire appel…

Quelle que soit l’orientation des recherches, on revient toujours dans le même coin d’Europe, la Hongrie, provenance de notoriété publique de la famille Sarkozy (version française) ou Sàrközy (version hongroise) (1). Il faut alors rajouter une différence -de prononciation- fondamentale: on ne dit pas ‘sarcozi’ mais ‘char-keu-zi’ (désolé pour mon accent), dont chaque syllabe s’analyse de la façon suivante: sàr-koz-y, deux racines et un suffixe.

Commençons donc par le plus simple, ce suffixe en ‘y’ que l’on va rapprocher (uniquement dans la démarche) du ‘y’ final des toponymes français, qui marque toujours un lieu, une provenance. C’est le cas, particulièrement dans la région francilienne mais pas seulement, de toutes les communes comme Orly, Ivry, Roissy, Champigny, Gagny, ou Evry, parmi des centaines d’autres. Dans le cas qui nous intéresse, il est très probable que ce ‘y locatif’ raconte l’histoire d’un territoire donné (ou restitué) en 1628 aux ancêtres de Nicolas par l’empereur d’Autriche, ci-devant également roi de Hongrie à l’époque. Car l’ex-occupant du château de l’Elysée descend du perron de quelques familles nobles autorisées à porter blason, loup en argent et sabre (2) en or à l’appui.

Bien…remontons dans le mot pour aborder ce ‘-köz-’ intermédiaire qui mérite amplement sa place, puisqu’il s’agit d’une (simple) syllabe de liaison, parfois sans signification précise dans un mot, mais parfois au sens réel d’un adverbe comme ‘entre’ ou ‘parmi’ en français. Ici, est-ce une facilité de langage ou une volonté de faire comprendre qu’il y a quelque chose dans ce lieu, au milieu duquel (desquels) on passe ou on circule? La réponse est peut-être dans la racine principale initiale sur lequel s’appuie le mot (et qui porte à commentaire-s): ce ‘sàr-’ désigne en effet un endroit mouillé, plus exactement une terre mouillée, donc une mare, un marais ou un marécage, selon l’ampleur du terrain considéré. C’est là que l’on s’embourbe un peu dans les explications (parfois partisanes); les uns voudraient bien restreindre les dimensions de ce mot à un trou boueux, autrement dit un bourbier (suivez mon regard) et autres matières dans lesquelles il vaut mieux éviter de marcher; d’autres préfèrent prendre de la hauteur (et de la distance) pour évoquer un vaste territoire parsemé de marécages (sar-) entre lesquels (-koz-) il faut naviguer pour arriver à la terre ferme (-y). Un peu comme la région des Landes (avant Napoléon) en France, type de sol pourtant plutôt mitterrandien que sarkozyste.

C’est probablement -et logiquement- cette dernière version territoriale qui est la bonne, car il ne faut pas oublier le nom complet du fils de Pal, ‘(de) Nagybocsa (ou nagybocsaï)’. Là encore, difficile de faire un pas sans glissade: l’expression (il y a en fait deux racines: nagy-bocsa) évoque un…grand pardon (sic), d’où l’hypothèse d’une restitution de terres à un aïeul chef militaire devenu alors propriétaire terrien et anobli. Sera-t-il également question de ‘grand pardon’ à l’issue des affaires judiciaires en cours au 21è siècle? En attendant, comme aurait dit Charles Pasqua, « c’est la m…! ». Je n’irai pas plus loin avec Sarkozy, de crainte de m’enliser, y compris étymologiquement.

(1) en fait, il s’agit d’un accent aigu et non pas grave sur le ‘a’, mais trouvez moi ça sur mon clavier…
(2) plus exactement un cimeterre (probable souvenir ottoman d’une branche paternelle!)


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

3 commentaires au sujet de Sarkozy (Nicolas)

  1. comme quoi, l’étymologie rejoint l’histoire

  2. Bel exercice d’équilibre ni trop ni trop peu, les choses sont dites mais pas appuyées.j’adore vos allusions ou les jeux de mot, merci et continuez !
    De Marie France à Bayonne

  3. Votre prononciation est bonne, néanmoins …

    sár = la boue
    köz = le chemin, l’allée (ce n’est pas un suffixe)
    -y = provenance géographique

    nagy- = grand
    bócsa = … Bócsa (ville du comté de Bács-Kiskun, provient d’un nom propre). Les toponymes urbains hongrois ont souvent une version kis-(petit) et nagy-(grand), un peu comme Petit-Quevilly et Grand-Quevilly.
    -i = idem -y

    Ducheminboueux de grand-Bochaille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>