Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Tourmalet (col du)

Tourmalet

L’une des dernières difficultés spectaculaires du Tour de France aura probablement été ce col de Tourmalet pyrénéen, que les medias vous font découvrir chaque année avec force images aériennes et gros plans sur les mollets des cyclistes. Beaucoup de ceux qui ont tenté l’ascension des lacets à flanc de montagne qualifient l’étape sportive d’ »apocalypse » (étymologiquement: la révélation!). Le mot n’et pas loin d’une certaine logique, et voici pourquoi.

Tourmalet est un mot pyrénéen (nooon?!) qui se comprend assez facilement (prononcé en français ‘parisien’), en l’analysant en trois parties: tour-mal-et. On suppose assez facilement un ‘tour’ (comme un tournant, au sens de virage-s) ou, selon l’ancien sens, détour (contournement d’un sommet), le tout étant assez évident. De la même façon, la racine ‘mal-’ (ou mau-) évoque en général l’adjectif…mal ou mau-vais, donc on retient l’idée d’un endroit hostile ou difficile à négocier, pour ne pas dire qu’on s’y donne du mal. Quant au suffixe -et, là encore, c’est la marque habituelle d’un diminutif. Tout est clair.

Sauf que nous ne sommes pas en plaine -c’est le moins qu’on puisse dire- et que la valeur accordée à chaque partie du mot n’est pas tout à fait la même que pour la topographie générale, ce qui risque de nous donner un sens notablement différent…Reprenons donc chaque partie: le ‘tour’ n’en est peut-être pas un (bon ou mauvais), mais un ‘tur’, très ancienne racine d’origine celtique qui marque un lieu, un site, ou de façon générale, un repère. Et qui dit repère dit localisation par la distance, que l’on suppose forcément éloignée (sinon, pas besoin de la désigner, on l’a sous les yeux, ou à portée de marche). Bref, notre sujet est loin (horizontalement) ou peut-être évidemment haut (verticalement), dans tous les cas il y a du chemin à faire pour y arriver!

Le ‘mal’ n’est pas si mauvais que ça, puisque c’est essentiellement une étymologie que l’on retrouve partout ailleurs (Maufait-s: le ou les mal-faisants), Maulévrier (la mauvaise garenne…à lapins), Mauvoisin (le voisin indélicat), Maubourguet (le bourg, le village des mauvais, au sens de belliqueux), Maupas (le pas-sage difficile), etc…Or, nous sommes ici dans une chaine de reliefs où ‘mal’ signifie plus probablement une…montagne (en fait, n’importe quel point caractéristique dans un ensemble, et ici, le doute n’est pas permis); on retrouve ce même ‘mal’ dans le Vignemal(e), lui-même attelage de deux racines celtiques de même sens (vin-mal), qui produisent un effet de redondance pour qualifier une ‘montagne vraiment haute’ ou ‘le plus haut sommet d’un massif local’, que nous allons garder sous la forme ‘tourmale’.

Pour couronner -si j’ose dire- le tout, notre suffixe « -et » ne peut donc plus être un diminutif (!) et serait alors une simple marque de lieu, ou d’un point caractéristique sur la montagne en question, ce qui pourrait bien être ‘le petit coin sur la montagne haute’, autrement dit, littéralement le col-du-tour-malet lui-même.

Pour en finir avec la première interprétation, est-ce à dire que Tourmalet a été abusivement interprété par les premiers touristes (ou journalistes, dit-on) comme un ‘détour difficile’, après quelques (ren)versements dans la vallée? Les Pyrénéens, bergers ou linguistes, pourront dire ce qu’ils veulent, certains participants à la Grande Boucle ne s’empêcheront pas penser que ce col leur joué un sacré…mauvais tour! Sauf étymologiquement peut-être!


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>