Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme

Piolle (Eric)

…autrement dit entre Gérald Darmanin (1) et Eric Piolle, l’un des premiers -et désormais multiples- membres d’Europe Ecologie Les Verts aux commandes d’une grande ville. Or, qui dit agglomération dit parfois (souvent?) troubles divers, d’où l’ire ministérielle tendant à désigner l’élu isérois comme responsable d’un manque de caméras de surveillance. A défaut d’armes électroniques, la réponse -étymologique- de notre Eric risque d’être bien plus…tranchante.

Le patronyme familial descend effectivement des montagnes mais pas celles des Alpes, plutôt celles des Pyrénées puisque, comme d’ailleurs l’un de ses prédécesseurs à la mairie de la ville, les Piolle viennent de…Pau (2); aucun rapport entre les deux mots, si ce n’est une initiale bien plantée, car, s’il y a plusieurs hypothèses à la provenance du nom selon les régions, on considère que la majorité des Piole et Piolet, voire Piolat -avec un seul ‘l’ à l’origine- viennent d’un terme franco-provençal (*) qui est ‘piolà’ soit une hache. 

C’est en fait une ancienne racine ‘apia’, présente dans le val d’Aoste italien, qui a donné le diminutif piémontais ‘apiola’ puis ‘piola’ après aphérèse (la chute du ‘a’ initial, pas très sonore à cause de l’accent tonique sur le ‘o’; essayez!). C’est le premier sens de la ‘piole’ française, qui va remonter jusqu’en Franche-Comté sous la forme Piollet, Piollat ou Piollot, sans oublier un effet boomerang vers le sud corse en Pioli, qui devient carrément le surnom des bûcherons.

Mais en Isère, la ‘petite hache’ va entrer dans le répertoire ‘arpitan’ (le très grand patois savoyard) avec une confusion peut-être apportée par le ‘pieu’ français, et devenir l’instrument pointu qui sera beaucoup plus utile aux montagnards qui fréquentent les parois rocheuses du Mont-Blanc; d’où le piolet commun, arme néanmoins redoutable si besoin. 

Il faut également mentionner une autre hypothèse possible, celle qui s’appuie sur l’une des nombreuses formes occitanes du latin’ podium’, maintes fois cité ici, qui définit une hauteur…d’estrade aujourd’hui mais depuis toujours un sommet ou une colline, d’où tous les ‘pouch’, ‘puech’, ‘pouy’ et autres ‘puy’ (les volcans d’Auvergne). Ainsi y-a-t-il un certain nombre de lieux-dits ‘Le Piol’ sur la côte méditerranéenne…

Il y a même des Piol, des Piolain et quelques très proches Piollé attestés dans le parler…normand (donc forcément de source totalement différente) dont étaient affublés des gens dont le visage portait des…taches de rousseur. On peut même dire qu’ils étaient ‘piolés’ puisqu’il s’agit du participe passé du verbe d’ancien-français ‘pioler’, qui signifiait mélanger des couleurs, tacher ou zébrer une surface (je ne vous fais pas de dessin).

Peu de chances, cette fois, de concerner notre Béarnais sans doute ex-Grenoblois (un aller-retour généalogique?); pas plus que d’imaginer notre maire dans sa…piaule municipale (une déformation de piaille, le nid où piaillent les petits oiseaux). Mais, je serais Gérald, je me méfierais quand même d’un gars équipé d’un piolet et perché en hauteur. Y compris étymologiquement.

(*) Le parler en question a pu recouvrir, à une certaine époque, la Provence mais aussi la grande vallée du Rhône ainsi que le Dauphiné actuels.

  1. http://www.etymo-logique.com/le-mot-du-jour/darmanin-gerald/

2. http://www.etymo-logique.com/le-mot-du-jour/lieu/villes-le-mot-du-jour/pau/


N'hésitez pas à soutenir ce site ! Il vous est possible de faire un don libre pour assurer un contenu régulier et sans publicité. Votre participation serait grandement appréciée !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.